About This Site

June 11, 2013

Marine transportation operator experiences spill at Suncor refinery dock - Update

Under the direction of the Canadian Coast Guard, the Eastern Canada Spills Response Centre (ECRC) has completed the clean-up at the Suncor Energy Sarnia Refinery dock. 

The ECRC conducted surveys of the southern shoreline of the St. Clair River Monday night and Tuesday morning, and did not observe any downstream impact.  Suncor also conducted a walking survey of the shoreline earlier today, and found no evidence of oil or sheen on or between the rocks or in the river. 

Suncor’s marine transport department and the ship’s owner, McAsphalt Marine Transportation, are treating this incident very seriously and will be completing a full investigation in conjunction with Transport Canada in order to prevent recurrence.

 

Un transporteur maritime constate un déversement au quai de la raffinerie Suncor - Mise à jour

Sous la direction de la Garde côtière canadienne, la Société d'intervention maritime pour l'Est du Canada (SIMEC) a terminé les travaux de nettoyage au quai de la raffinerie Suncor Énergie à Sarnia.

Les vérifications de la ligne du rivage sud de la rivière St. Clair menées par la SIMEC la nuit dernière et ce matin n’ont pas révélé d’impact en aval. Des employés de Suncor ont aussi effectué une vérification plus tôt aujourd’hui en parcourant à pied le rivage, mais ils n’ont découvert aucune trace d’huile ou de film iridescent entre les roches ou dans la rivière.

Le service du transport maritime de Suncor et le propriétaire du navire McAsphalt Marine Transportation prennent cet incident très au sérieux et mèneront une enquête approfondie en collaboration avec Transports Canada afin d’éviter qu’une telle situation se reproduise. 

 

Marine transportation operator experiences spill at Suncor refinery dock

At approximately 5 p.m. ET on Monday, June 10, a ship docked at the Suncor Energy Sarnia Refinery experienced a bunker fuel spill. 

The ship’s operator, McAsphalt Marine Transportation (McAsphalt), immediately deployed its spill response booms to contain the fuel.  Suncor also deployed its booms, as a precaution, in support of that containment effort.  All booms will remain in place until a thorough clean-up is completed.

The Canadian Coast Guard is currently overseeing the clean-up that is being conducted by the Eastern Canada Spills Response Centre (ECRC).  Suncor will continue to work closely with McAsphalt to facilitate a safe and thorough clean-up.

We have notified the Ministry of the Environment's Spills Action Centre and communicated information to our neighbours.

The ECRC has completed a survey of the shoreline along the southern St. Clair River and has not reported impact downstream. Additional surveys will be completed.   

The Canadian Coast Guard will review results of the clean-up during a meeting this morning. We will post an update following this meeting.

 

Un transporteur maritime constate un déversement au quai de la raffinerie Suncor 

Vers 17 h, HE, le lundi 10 juin, un déversement de combustible de soute d’un navire amarré au quai de la raffinerie Suncor Énergie à Sarnia a été constaté.  

Le transporteur McAsphalt Marine Transportation (McAsphalt) a immédiatement mis en place un barrage flottant pour contenir le combustible. Suncor a aussi installé ses barrages flottants comme mesure de précaution supplémentaire. Tous les barrages flottants resteront en place jusqu’à la fin des travaux de nettoyage.

La Garde côtière canadienne supervise actuellement le nettoyage qu’effectue la Société d'intervention maritime pour l'Est du Canada (SIMEC). Suncor continuera à travailler en étroite collaboration avec McAsphalt pour faire en sorte que les travaux de nettoyage soient faits de manière sécuritaire et rigoureuse. 

Nous avons avisé le Centre d'intervention en cas de déversement du ministère de l’Environnement et informé la collectivité avoisinante. 

La SIMEC a terminé une vérification de la ligne du rivage sud de la rivière St. Clair et n’a rapporté aucun impact en aval. Des vérifications supplémentaires seront effectuées ultérieurement.    

La Garde côtière canadienne présentera les résultats des travaux de nettoyage au cours d’une réunion ce matin. Nous ferons une mise à jour de la situation après cette réunion.

May 15, 2013

Suncor responds to break in frozen process water line – final update

Update: French translation added at 2:33 p.m. MDT May 15, 2013

As part of our investigation into the March 25 release of process affected water, we have received testing results for samples taken from the Athabasca River near Fort MacKay, approximately 22 kilometers downstream and Fort Chipewyan, approximately 250 kilometers downstream from Suncor’s operations. The bioassay results of these tests, taken on March 26, 2013 at Fort MacKay and March 28 to April 2, 2013 near Fort Chipewyan, indicate that the water had no detrimental impact on aquatic life.

While we have continued to engage with our stakeholders, providing them with information and drawing attention to the publishing of test results, we feel it’s now time to archive the response site.  Posts related to this incident will be archived on May 21.

We’ve appreciated your understanding and patience as we responded to this challenging event.  As we’ve said in previous postings, this event was deeply disappointing to us.  We want you to know that we’re committed to learning from this event, and working to ensure it doesn’t happen again.

 

Suncor intervient pour réparer une conduite d’eau de procédé gelée – mise à jour finale

Dans le cadre de notre enquête sur le déversement d’eau de procédé le 25 mars, nous avons reçu les résultats des essais des échantillons prélevés dans la rivière Athabasca près de Fort McKay et de Fort Chipewyan, à environ 22 kilomètres et 250 kilomètres, respectivement, en aval des installations de Suncor. Selon les résultats des essais biologiques réalisés le 26 mars à Fort MacKay et du 28 mars au 2 avril 2013 près de Fort Chipewyan, l’eau n’a eu aucun impact néfaste sur la vie aquatique.

Bien que nous continuions à informer les groupes d’intérêt et à porter à leur attention les résultats des essais, nous croyons que nous pouvons archiver le site réservé à cette intervention. Les articles portant sur cet incident seront archivés le 21 mai.

Merci de votre patience et de votre compréhension dans le cadre de notre intervention face à cet événement. Comme nous l’avons déjà indiqué auparavant, cet événement nous a causé une grande déception. Nous voulons que vous sachiez que nous en avons tiré des leçons et travaillons à nous assurer qu’il ne se reproduise plus.

Biodegradable cleaning product leak at Edmonton Refinery – final update

Update: French translation added at 2:30 p.m. MDT May 15, 2013

Our investigation into the April 16 leak at Suncor’s Edmonton refinery has determined that the release was a combination of water intended for discharge and a biodegradable cleaning product as we first believed. Samples of this unintended release show no parameters exceeding our operating limits and lab tests show no detrimental impact on aquatic life.

Posts related to this incident will be archived on May 21.  Thank you for your understanding and patience as we responded to this event.

 

Fuie d’un produit nettoyant biodégradable à la raffinerie d’Edmonton – mise à jour finale

Notre enquête sur la fuite survenue à la raffinerie Suncor d’Edmonton le 16 avril a permis d’établir que le rejet était un mélange d’eau devant être rejetée et d’un produit nettoyant biodégradable comme nous l’avions cru au départ. Des échantillons de ce rejet imprévu indiquent qu’aucun paramètre ne dépasse les limites d’exploitation et les essais en laboratoire démontrent qu’il n’y a eu aucun impact néfaste sur la vie aquatique.

Les articles portant sur cet incident seront archivés le 21 mai. Merci de votre patience et de votre compréhension dans le cadre de notre intervention face à cet événement.

Liquid Leak at Burrard Terminal

Update: French translation added at 2:30 p.m. MDT May 15, 2013

Posts related to this incident will be archived on May 21.  Thank you for your understanding and patience as we responded to this event.

 

Fuite de liquide au terminal Burrard

Les articles portant sur cet incident seront archivés le 21 mai. Merci de votre patience et de votre compréhension dans le cadre de notre intervention face à cet événement.

April 16, 2013

Biodegradable cleaning product leak at Edmonton refinery

Update: French translation added at 7:29 a.m. MDT April 17, 2013

At approximately 9:30 a.m. MT on Tuesday, April 16, 2013 Suncor responded to a report of foam being discharged from the outfall pond at our Edmonton refinery. This pond contains water that is intended and approved for discharge to the North Saskatchewan River.  At this time we believe the release was a combination of water intended for discharge and a biodegradable cleaning product.

Our emergency response was immediately activated and people were dispatched to investigate. We closed the outfall pond at 10:40 a.m. and we took samples of materials released to the river. We take any unplanned release very seriously.

We have fully reported to the appropriate regulatory agencies and are working cooperatively with them.  We are also in the process of notifying local stakeholders.

Updates will be provided as more information is available.

 

Fuite d’un produit nettoyant biodégradable à la raffinerie d’Edmonton

Vers 9 h 30, HR, le mardi 16 avril 2013, Suncor est intervenue après avoir été informée que de la mousse s’écoulait du bassin de rejet de notre raffinerie d’Edmonton. Le bassin contient de l’eau qui, conformément aux approbations, peut être rejetée dans la rivière North Saskatchewan. Pour le moment, nous croyons que le déversement était un mélange d’eau devant être rejetée et d’un produit nettoyant biodégradable.

Nous avons immédiatement activé notre plan d’intervention d’urgence et déployé du personnel aux fins d’enquête. Nous avons fermé le bassin de rejet à 10 h 40 et prélevé des échantillons des matières déversées dans la rivière. Nous prenons très au sérieux tout déversement imprévu.

Nous avons signalé l’incident aux organismes de réglementation appropriés et collaborons avec eux. Nous sommes également sur le point d’informer les groupes d’intérêt locaux.

Nous émettrons des mises à jour au fur et à mesure que nous aurons plus de détails.

April 12, 2013

Suncor responds to break in frozen process water line – Update #7

Update: French translation added at 11:43 a.m. MDT April 13, 2013

As part of our investigation into the March 25 release of process affected water, we have received interim testing results for samples taken from the Athabasca River near Fort McKay, approximately 15 kilometers downstream from Suncor’s operations.

The bioassay results of these tests, taken on March 26, indicate that the water had no detrimental impact on aquatic life.  We expect to receive testing results from Fort Chipewyan, about 250 km downstream, soon and a final report by the end of April.

We continue to work directly with regulators and neighbouring communities to ensure they are kept up to date on the progress of our investigation. Today, the Alberta Environment and Sustainable Resources Department (AESRD) published the test results of the undiluted process affected water.  We believe the most relevant information is the test results of the diluted process affected water that entered the river as we mentioned in Update #5 which said water quality test results showed water (diluted process affected water) that was released to the river would be within our regulatory approvals.

If you have a chance to read the AESRD report, remember it is about the undiluted process affected water – not the diluted version that was released into the river. 

We will continue to share information as it becomes available.

 

Suncor intervient pour réparer une conduite d’eau de procédé gelée – Mise à jour 7

Dans le cadre de notre enquête sur le déversement d’eau de procédé le 25 mars, nous avons reçu les résultats provisoires des échantillons prélevés dans la rivière Athabasca près de Fort McKay, à environ 15 kilomètres en aval des installations de Suncor.

Selon les résultats des essais biologiques réalisés le 26 mars, l’eau n’a eu aucun impact néfaste sur la vie aquatique. Nous prévoyons recevoir bientôt les résultats des essais menés à Fort Chipewyan, à environ 250 km en aval, et un rapport final à la fin d’avril. Nous continuons à travailler directement avec les organismes de réglementation et les collectivités voisines pour les informer des progrès de notre enquête. Aujourd’hui, l’Alberta Environment and Sustainable Resources Department (AESRD) a publié les résultats des essais de l’eau de procédé non diluée.

Nous croyons que l’information la plus pertinente sera fournie par les résultats des essais menés avec l’eau de procédé diluée qui a été introduite dans la rivière, tel que nous le mentionnions dans la mise à jour 5. Dans cette dernière, on y mentionnait que les résultats de l’essai de qualité de l’eau démontraient que l’eau (eau de procédé diluée) déversée dans la rivière était à l’intérieur de ce que prévoient nos approbations réglementaires.

Si vous avez l’occasion de lire le rapport de l’AESRD, veuillez tenir compte du fait qu’il porte sur l’eau de procédé non diluée – et non sur l’eau diluée qui a été déversée dans la rivière.

Nous continuerons à vous fournir de l’information à mesure qu’elle sera disponible.

April 11, 2013

Biodegradable liquid leak at Burrard Terminal

Update: French translation added at 8:40 a.m. MDT April 12, 2013

 On April 6, workers at our Burrard Products Terminal, located in Port Moody, British Columbia discovered a leak of a product called R100 from one of our storage tanks at the terminal. R100 is a non-fossil fuel, soybean-based blending agent that is biodegradable.

Our emergency response was immediately activated. We take any unplanned release very seriously. Our top priority is the safety of our employees and the public and to minimize the impact on the environment.

Two hundred and twenty-five (225) barrels of R100 leaked from a tank within the Burrard Products Terminal property. We believe a very small amount - approximately 2 litres - may have reached the waters of the Burrard Inlet.  Three levels of booms were set up and remain in place in the Inlet to contain any R100.

Steps, such as trenching around the tank and blocking storm water sewers, have been taken to prevent any further material from reaching the water and work is underway to recover as much of the product as possible.

The incident was reported to regulators and we are cooperating fully with them. We are also conducting our own internal investigation. We understand the heightened concern from the community and our stakeholders about this incident and recognize that our communication process should be more robust. We are working with the regulators and our stakeholders to improve this process.

Any unplanned release is unacceptable to us and we are working to prevent this from happening again.

 

Fuite de liquide biodégradable au terminal Burrard

Le 6 avril, des travailleurs de notre terminal de produits Burrard, situé à Port Moody, en Colombie-Britannique, ont découvert qu’un des réservoirs de stockage du terminal laissait échapper un produit appelé R100. Le R100 est un carburant d’origine non fossile à base de soja qui est biodégradable.

Nous avons immédiatement activé notre procédure d’intervention. Nous prenons très au sérieux tout rejet non planifié. Notre priorité absolue est la sécurité de nos employés et du public et la réduction de tout impact sur l’environnement.

La fuite du réservoir de R100 sur la propriété du terminal de produits Burrard a été de deux cent vingt-cinq (225) barils. Nous croyons qu’une très petite quantité – environ deux litres – s’est peut être déversée dans l’anse Burrard. Trois barrages flottants resteront en place dans l’anse pour contenir toute quantité de R100.

Des mesures ont été prises, notamment le creusage d’une tranchée autour du réservoir et le colmatage des égouts pluviaux, pour empêcher tout déversement supplémentaire dans l’eau; des travaux sont aussi en cours pour récupérer la plus grande quantité possible de produit.

Nous avons signalé l’incident aux organismes réglementaires et leur offrons notre entière collaboration. Nous menons aussi notre propre enquête interne. Nous comprenons que la collectivité et les parties intéressées sont vivement préoccupées par cet incident et reconnaissons que notre processus de communication se doit d’être plus rigoureux. Nous travaillons de concert avec les organismes réglementaires et nos intervenants à l’amélioration de ce processus.

Tout rejet non planifié est inacceptable et nous nous employons à faire en sorte qu’une telle situation ne se reproduise plus.

April 05, 2013

Suncor responds to break in frozen process water line – Update #6

Our investigation into the March 25 release of process affected water continues. We are working closely with third-party experts and with the independent investigations by the regulators. We are also continuing to have regular communication with key stakeholders and neighboring communities.

Water quality is extremely important to us and any incident like this is unacceptable. We are committed to finding answers to and solving this problem so it does not happen again. We will continue to provide information as it becomes available.

 

Suncor intervient pour réparer une conduite d’eau de procédé gelée – Mise à jour 6

Notre enquête sur le déversement d’eau de procédé le 25 mars se poursuit. Nous travaillons en étroite collaboration avec des experts indépendants et les organismes réglementaires qui mènent des enquêtes indépendantes. Nous communiquons régulièrement avec les principaux groupes d’intérêt et les collectivités voisines. 

La qualité de l’eau est un enjeu extrêmement important pour nous et tout incident de ce genre est inacceptable. Nous sommes résolus à trouver des réponses et à résoudre ce problème de façon qu’il ne se reproduise plus. Nous continuerons à vous fournir de l’information à mesure qu’elle sera disponible.

April 02, 2013

Suncor responds to break in frozen process water line – Update #5

Update: French translation added at 7:29 a.m. MDT April 3, 2013

We have been asked for photos of the site of the release and the Athabasca River.  Below are photos taken during third party sampling near Fort McKay on the Athabasca River, as well as photos of the site. 

As part of our investigation, we have been working with a third party to test the process affected water before and after it entered the river.  They tested for: (1) water quality (sample contents) and (2) bioassay tests (the effects on living organisms, such as fish). 

Water quality test results showed water (diluted process affected water) that was released to the river would be within our regulatory approvals (approval limits identified for certain discharge points). The content of the process affected water included trace amounts of oil and grease, total suspended solids and ammonia.

The bioassay tests on the released water (which provide information on the basis of 24, 48, 72, and 96 hour periods) indicate there were no impacts to aquatic life.

We also conducted river water tests upstream, and at multiple points downstream, 50 meters upstream from the release, 50 meters downstream, at Fort McKay and at Fort Chipewyan. 

The preliminary river modeling indicates negligible impact.  The final report is still to come but we do not expect any significant deviation from the early reports. 

Nevertheless, our position remains that any unintended release to the river is unacceptable to us.

That’s why we continue to investigate what happened to determine what steps we can take in terms of our operations and processes to ensure this does not happen again.

 

ESS-FMK-01
March 26: Fort McKay boat launch; approximate middle of river. GPS Coordinates (NAD 83) 461833, 6337572

 

ESS-FMK-02
March 26: Fort McKay boat launch; approximately 30 m from left downstream bank. GPS Coordinates (NAD 83) 461782, 6337581

 

ESS-FMK-03
March 26: Fort McKay boat launch; approximate middle of river. GPS Coordinates (NAD 83) 461833, 6337572

 

Globe and Mail Aerial Shot
This photo was published in the Globe and Mail on March 27, 2013, showing two men drilling into the frozen Athabasca River for water samples.

 

Image 10
This photo was taken from the west side of the Athabasca River on March 28, 2013 by Suncor staff. The photo looks to the southeast towards the Athabasca River bridge at Suncor's operations.

 

Image 11
This photo was taken from the west side of the Athabasca River, looking northeast near Suncor's oil sands operations on March 28, 2013 by Suncor staff.

 

Suncor intervient pour réparer une conduite d’eau de procédé gelée – Mise à jour 5

On nous a demandé des photos de l’emplacement du déversement et de la rivière Athabasca. Les photos ci-dessous ont été prises lors du prélèvement d’échantillons par une tierce partie sur la rivière Athabasca, près de Fort McKay; des photos de l’emplacement sont aussi jointes. 

Dans le cadre de notre enquête, nous avons collaboré avec une tierce partie pour analyser l’eau de procédé avant et après son introduction dans la rivière. Les essais suivants ont été réalisés : (1) essai de qualité de l’eau (contenu des échantillons); et (2) essais biologiques (les effets sur les organismes vivants, dont le poisson). 

Les résultats de l’essai de qualité de l’eau ont démontré que l’eau (eau de procédé diluée) déversée dans la rivière serait à l’intérieur de ce que prévoient nos approbations réglementaires (limites d’approbation déterminées pour certains points de rejet). L’analyse de l’eau de procédé a révélé des quantités infimes de pétrole et de graisse, de matières totales en suspension et d’ammoniac.

Selon les résultats des essais biologiques de l’eau déversée (qui fournissent de l’information à des intervalles de 24, 48, 72 et 96 heures), il n’y a eu aucun impact sur la vie aquatique.

Nous avons aussi effectué des analyses de l’eau de la rivière en amont et à de multiples  points en aval, à 50 mètres en amont du déversement, à 50 mètres en aval, à Fort McKay et à Fort Chipewyan. 

La modélisation préliminaire indique que l’impact est négligeable. Le rapport final reste à venir, mais nous ne prévoyons aucun écart significatif comparativement aux rapports préliminaires. 

Néanmoins, notre position, selon laquelle tout déversement d’eau de procédé dans la rivière est inacceptable, demeure inchangée.

C’est pourquoi nous poursuivrons notre enquête sur l’événement pour déterminer les mesures que nous pouvons prendre en matière d’opérations et de processus et faire en sorte qu’une telle situation ne se reproduise pas à l’avenir.

 

ESS-FMK-01
26 mars : Mise à l’eau à Fort McKay; milieu de la rivière environ. Coordonnées GPS (NAD 83) 461833, 6337572

ESS-FMK-3
26 mars : Mise à l’eau à Fort McKay; milieu de la rivière environ. Coordonnées GPS (NAD 83) 461833, 6337572

ESS-FMK-03
26 mars : Mise à l’eau à Fort McKay; milieu de la rivière environ. Coordonnées GPS (NAD 83) 461833, 6337572

Globe and Mail Aerial Shot
Photo publiée dans le Globe and Mail le 27 mars 2013, montrant deux hommes prélevant par forage des échantillons d’eau dans la rivière Athabasca gelée.

Image 10
Photo prise par le personnel de Suncor le 28 mars 2013 du côté ouest de la rivière Athabasca. Orientation de la photo côté sud-est vers le pont de la rivière Athabasca, aux installations de Suncor.

Image 11
Photo prise le 28 mars 2013 par le personnel de Suncor à partir du côté ouest de la rivière Athabasca, orientation nord-est, près des installations de sables pétrolifères de Suncor.


 

March 28, 2013

Suncor responds to break in frozen process water line – Update #4

Update: French translation added at 5:43PM MDT March 28, 2013

The following is an update from Mark Little, Suncor’s Executive Vice President, Oil Sands and In Situ
 
As you have seen on Suncor’s online response site, we had an unfortunate incident at our site north of Fort McMurray, Alberta on Monday, March 25.  This incident has been deeply troubling to us and I’d like to express our apologies and convey that we are completing a thorough investigation of what happened.
 
In previous postings you’ll have seen the details about the process line break and our response.  Since Monday, we’ve been working hard to share information with community stakeholders, including engaging them about testing downstream and on our site.
 
Water quality is extremely important to us, our neighbours and our communities.  This incident is deeply disappointing and I’m personally going to make sure that we understand how this happened and work to prevent it from happening in the future.
 
Thank you for your patience and understanding as we’ve responded to this challenging event.

Enforcement order regarding March 2011 water test
 
You should also be aware that this afternoon we were advised of an enforcement order issued by Alberta Environment and Sustainable Resource Development (AESRD) in connection with a March 24, 2011 water sampling.  Water test results from a separate outfall pond did not meet regulatory requirements on that date and the outfall pond was immediately closed.  It has remained closed since that time.  Prior to reopening the outfall, the enforcement order calls for us to develop further and more detailed monitoring and sampling plans, implement the plans and engage a third party audit of the systems involved, as well as provide periodic reports to the regulator.  We fully support the plans outlined in the order, and will be working hard to implement the actions identified by the regulator.

 

Suncor intervient pour réparer une conduite d’eau de procédé gelée – Mise à jour 4

Mise à jour de Mark Little, vice-président directeur, Sables pétrolifères et In Situ, à Suncor

Comme vous avez pu en prendre connaissance sur le site d’intervention en ligne de Suncor, il s’est malheureusement produit un incident à nos installations au nord de Fort McMurray, en Alberta, le lundi 25 mars. Cet incident nous a préoccupés au plus haut point et je tiens à offrir toutes nos excuses et vous faire savoir que nous menons une enquête approfondie sur ce qui est survenu.

Dans nos communications précédentes, vous avez pu apprendre les détails au sujet du bris de la conduite d’eau de procédé et de notre intervention. Depuis lundi, nous nous sommes efforcés de partager l’information avec les groupes d’intérêt de la collectivité, de même que de leur faire part des tests réalisés en aval et à nos installations.

La qualité de l’eau est très importante pour nous, nos voisins et nos collectivités. Il est très décevant d’apprendre qu’un tel incident est survenu et je vais m’assurer personnellement que nous comprenons comment il est survenu et faire en sorte qu’il ne se reproduise pas à l’avenir.

Merci de votre patience et de votre compréhension dans le cadre de notre intervention face à cet événement.

 

Ordonnance d’exécution concernant l’essai de qualité de l’eau de mars 2011

Nous désirons aussi vous faire savoir que cet après-midi, l’Alberta Environment and Sustainable Resource Development (AESRD) a émis une ordonnance d’exécution en lien avec un échantillonnage d’eau réalisé le 24 mars 2011. Les résultats de l’essai de qualité de l’eau d’un bassin de rejet distinct n’étaient pas conformes aux exigences réglementaires à cette date et le bassin de rejet a été fermé immédiatement. Il est fermé depuis cette date. Avant de réouvrir le bassin de rejet, l’ordre d’exécution nous enjoint de mettre au point des plans de contrôle et d’échantillonnage plus détaillés, de mettre en œuvre ces plans et d’engager un tiers pour la vérification des systèmes impliqués et, enfin de soumettre des rapports périodiques à l’organisme de réglementation. Nous appuyons pleinement les plans dont il est question dans l’ordre d’exécution et ferons tout en notre pouvoir pour prendre les mesures identifiées par l’organisme de réglementation.

March 27, 2013

Suncor responds to break in frozen process water line - Update 3

Update: French translation added at 7:48 a.m. MDT March 28, 2013

Efforts to engage with our stakeholders, work with regulators and investigate the nature and scope of the process affected water release continue.

We are committed to sharing information about the incident and how we are responding.  We recognize and apologize for the delay in providing an update earlier today, but we wanted to be sure that we provided quality information.

An estimate of the process affected water released  into the Athabasca River over an approximate 10 hour period is 350 cubic metres.  As soon as we realized there was a discharge into the river, work immediately began to stop the flow. 

Our tests confirm the process affected water was a combination of water with suspended solids (clays and fine particulates) and inorganic and organic compounds.  It does not contain bitumen.  This process affected water was mixed with treated water, prior to entering the river.  The ratio was approximately six parts treated water to one part process affected water. 

We have engaged a third party to determine the impact of the process affected water entering the river.  Based on modeling, preliminary volume calculations, and the current flow rate of the river, the process affected water may have had a short term, negligible impact on the river.

For Suncor, any release of process affected water into the river is unacceptable.  Water quality is an important issue for us, the community and is of paramount concern to our neighbouring stakeholders.  As a precautionary measure, we are continuing to take water samples at various downstream locations along the river.

 

Suncor intervient pour réparer une conduite d’eau de procédé gelée - Mise à jour 3

Nous poursuivons nos efforts pour informer les groupes d’intérêt, travailler avec les organismes de réglementation et enquêter sur la nature et l’ampleur du déversement d’eau de procédé.

Nous sommes déterminés à partager l’information au sujet de l’incident et faire savoir de quelle façon nous intervenons. Nous nous excusons du délai qui s’est écoulé avant la mise à jour d’aujourd’hui, mais nous voulions nous assurer de fournir une information exacte.


La quantité estimée d’eau de procédé déversée dans la rivière Athabasca sur une période d’environ 10 heures est de 350 mètres cubes. Dès que nous nous sommes rendus compte du déversement dans la rivière, des efforts ont été déployés immédiatement pour y mettre fin.

Nos essais ont confirmé que l’eau de procédé était constituée d’un mélange d’eau et de solides en suspension (argiles et particules fines), de même que de composés inorganiques et organiques. Elle ne contenait aucun bitume. Cette eau de procédé avait été mélangée avec de l’eau traitée avant qu’elle ne se déverse dans la rivière. Le ratio était d’environ six parties d’eau traitée pour une partie d’eau de procédé.

Nous avons retenu les services d’un tiers pour évaluer l’impact de l’eau de procédé déversée dans la rivière. Selon la modélisation, les calculs préliminaires de volume et le débit actuel de la rivière, l’impact de l’eau de procédé sur la rivière a pu être négligeable et à court terme.

Pour Suncor, tout déversement d’eau de procédé dans la rivière est inacceptable. La qualité de l’eau, un enjeu important pour nous et pour la collectivité, reste une préoccupation majeure pour nos groupes d’intérêt environnants. Comme mesure préventive, nous continuons à prélever des échantillons d’eau à divers points en aval le long de la rivière.

March 26, 2013

Suncor responds to break in frozen process water line - Update 2

Update: French translation added at 7:45 a.m. MDT March 27, 2013

We have determined that some process affected water flowed out of the partially frozen pond and into an approved discharge point.  It was diluted with water intended for release and then flowed into the river.  Although we don’t anticipate any impact on the river,  as a precautionary measure, we continue to analyze river samples downstream from this release.

 

 Suncor intervient pour réparer une conduite d’eau de procédé gelée - Mise à jour 2

 Nous avons déterminé qu’une certaine quantité d’eau de procédé s’est déversée du bassin partiellement gelé pour atteindre un point de rejet approuvé. Elle a été diluée avec de l’eau en vue du rejet, puis s’est écoulée dans la rivière. Bien que nous n’anticipions aucun impact sur la rivière, nous continuons d’analyser des échantillons d’eau prélevés dans la rivière en aval du rejet par mesure préventive.

D’autres renseignements seront fournis dès qu’ils seront disponibles.

Suncor responds to break in frozen process water line - Update 1

français

Yesterday, a four inch-diameter line, approximately 10 feet in length, froze and broke at our oil sands base plant, allowing process affected water (water used in our operations) to flow to a partially frozen outfall pond. The flow was stopped at approximately 4pm and although we don’t know if this process water was released in the river, we are analyzing samples of the pond and the river as part of the investigation. Government authorities, as well as our stakeholders have been notified.

We know water quality issues are a paramount concern to our stakeholders. This incident is unacceptable to us. Our focus is on investigating how this occurred and ensuring this doesn’t happen again.

We will provide regular updates here on the Suncor Response Blog as information becomes available.

 

Suncor intervient pour réparer une conduite d’eau de procédé gelée - Mise à jour 1

Hier, une conduite de quatre pouces de diamètre et de dix pieds de longueur environ a gelé et s’est rompue à notre usine de base des sables pétrolifères, entraînant le déversement d’eau de procédé (eau utilisée dans nos activités) dans un bassin de stockage partiellement gelé. Le déversement a été maîtrisé vers 16 h et, bien que nous ne sachions pas encore si de l’eau de procédé a atteint la rivière, nous analysons des échantillons d’eau du bassin et de la rivière dans le cadre de l’enquête. Les autorités gouvernementales et les groupes d’intérêt ont été avisés.

Nous savons que les enjeux liés à la qualité de l’eau constituent une préoccupation primordiale pour nos groupes d’intérêt. Nous considérons cet incident comme inacceptable. Nous concentrons tous nos efforts sur l’enquête pour déterminer comment il a pu se produire et nous assurer qu’un incident de ce genre ne se reproduira pas.

Nous ferons des mises à jour régulières dans le blogue de Suncor ici à mesure que l'information sera disponible.

Suncor responds to break in frozen process water line

Update: French translation added at 7:18 a.m. MDT March 26, 2013

March 25, 2013 - Sometime today at our oil sands base plant, a line froze and broke, allowing process affected water to flow to a partially frozen outfall pond.  The flow has been stopped and although we don’t know if this process water was released in the river, we are analyzing samples of the pond and the river as part of the investigation.  All authorities, as well as our downstream stakeholders have been notified.  

We will provide regular updates as information becomes available.

 

Suncor intervient pour réparer une conduite d’eau de procédé gelée

25 mars 2013 – Aujourd’hui à notre usine de base des sables pétrolifères, une conduite a gelé et s’est rompue, entraînant le déversement d’eau de procédé dans un bassin de décharge partiellement gelé. Le déversement a été maîtrisé et, bien que nous ne sachions pas encore si de l’eau de procédé a atteint la rivière, nous analysons des échantillons d’eau du bassin et de la rivière dans le cadre de l’enquête. Toutes les autorités et les groupes d’intérêt d’aval ont été avisés.

Nous ferons des mises à jour régulières à mesure que l'information sera disponible.

March 02, 2012

Libya and Syria response site moves to archives

Just over one year ago, we began using this “Suncor Response” website to update our employees, media contacts and the general public about Suncor’s efforts to evacuate expatriate workers from Libya as political unrest reached previously unpredicted heights. 

Starting toward the end of 2011 and following a change in the political regime and the lifting of international sanctions, we have begun a gradual return to Libya.

For much of 2011, we responded to the situation in Syria by working through a number of safety and security protocols, and maintaining a strong focus on corporate social responsibility. Ultimately, we suspended operations to comply with sanctions announced in December.

In both countries, we continue to monitor the situation very closely, and our top priority continues to be ensuring the safety of our employees. We have been consistent in our position that we will not operate in either country unless we can do so safely, responsibly and in compliance with international law.

We continue to join all those who are hoping for further stability in Libya, and peace in Syria. 

As the Suncor Response site was actually designed for timely updates during an emergency, we will soon move all the Syria and Libya content to the site’s archives

 

Le site Suncor Response sur la Libye et la Syrie est déplacé dans les archives

Il y a un peu plus d’un an, nous avons commencé à utiliser le site Web « Suncor Response » afin de tenir nos employés, les personnes-ressources des médias et le grand public au courant des efforts de Suncor pour évacuer les travailleurs étrangers de la Libye alors que l’agitation politique avait atteint des niveaux que personne n’aurait pu prévoir. 

Vers la fin de 2011, et suite à un changement dans le régime politique et la levée de sanctions internationales, nous avons amorcé un retour graduel en Libye.

Pendant presque toute l’année 2011, nous avons géré la situation en Syrie en clarifiant bon nombre de protocoles en matière de sécurité et de prévention et en demeurant concentré sur notre responsabilité sociale en tant qu’entreprise. En dernier ressort, nous avons finalement suspendu nos activités afin de respecter les sanctions annoncées en décembre.

Nous continuons à gérer la situation de très près dans les deux pays et notre priorité demeure la sécurité de nos employés. Nous sommes demeurés fidèles à notre position  de ne pas exploiter nos activités, dans aucun des pays, si nous ne pouvons agir de façon sécuritaire, responsable et conformément au droit international.

Nous continuons à appuyer tous ceux qui espèrent davantage de stabilité en Libye et la paix en Syrie. 

Puisque le site Suncor Response a été conçu pour présenter des mises à jour en temps opportun en cas d’urgence, nous déplacerons bientôt tout le contenu du site sur la Syrie et la Libye dans les archives

 

February 07, 2012

Summary of fourth quarter report

Update: French translation added at 1:45 p.m. EST Feb. 8, 2012

Similar to our posts related to Suncor’s first and second quarter statements, and the two posts (one on Syria and one on Libya) related to Suncor’s third quarter report, today’s update is meant to summarize the Syria and Libya-related information that was included in the company’s fourth quarter report for 2011. 

The report was issued on the evening of January 31 (PDF) and was followed on February 1 by a conference call between members of senior executive and the investment and media communities. 

As you would imagine in a company this size, the report covers a number of topics and business areas. But the sections related to Syria and Libya are summarized below. 

Libya

As we’ve said for a few months on this website, the Harouge joint venture company has been working to re-start production. We had also commented several times that Suncor was supporting Harouge where possible, considering we have not fully returned to business in Libya (only cautiously allowing a small number of employees to return to work in the Tripoli office, under strict safety and security protocols).

As a piece of new information, however, the fourth-quarter (or “Q4”) report was the first place that Suncor publicly disclosed its share of the re-started production. As the Q4 report said, 

Harouge Oil Operations BV, has successfully restarted production in three of five fields in Libya and work continues to stabilize production levels. Production [net to Suncor] exiting December 2011 was approximately 30,000 barrels per day of oil.

Related to this production, the fourth quarter also included the sale of two crude oil cargoes, and Suncor received payment for these sales in January.

All that said, Suncor’s contracts remain in “force majeure”. Or to go one step further and put it in the same words as the Q4 report, 

Suncor remains optimistic about a gradual return to full operations in Libya and is working to remove its EPSAs from force majeure. (EPSAs are “Exploration and Production Sharing Agreements”.)

Aside from all this information, much of the Libya-related content in the report related to asset impairments, which are also sometimes called “write-downs”. If you’ve been following the financial side of Suncor’s story on Libya, you’ll know that in light of the uncertainty there at the end of the second quarter of 2011, management determined that our assets in Libya were impaired and recorded total impairment charges of $514 million. 

Since there is still sufficient unpredictability underlying our operations (including the time frames for ramp up of production and for future exploration commitments, and the extent of damage to the company’s assets), there has been no change in the company’s assessment of impairment charges, with one exception: the company was able to reverse a small amount of impairment charges because our joint venture partner confirmed the existence of crude oil written-off in the second quarter of 2011, so the company reversed $11 million relating to crude oil inventories.

Syria

On the Syria side of things, most of the information in the Q4 report had already been disclosed in our news release and corresponding post to this website in December, when Suncor suspended operations in the country. 

As the Q4 statement makes very clear, this move also means that the company has ceased recording all production and revenue from its Syrian assets, and continues to comply with all relevant sanctions.

Given the information about asset impairments on Libya (above), you might be wondering whether a similar step has been required regarding the Syria assets. On that subject, Suncor noted the following in our Q4 report:

Suncor has estimated the net recoverable value of its assets in Syria based on an assessment of expected future net cash flows over a range of possible outcomes. The result of this assessment did not require Suncor to record an impairment charge against its assets in Syria at this time. Should the current situation in Syria be resolved in a timely manner, such that sanctions are lifted, Production Sharing Contracts and sales agreements resume unaltered, and payments for sale of hydrocarbons are received, we would expect that the value of Suncor’s net assets in Syria would not be impaired. 

However, should the current situation persist or worsen, such that Suncor is unable to resume operations in the near term, the company believes its assets in Syria could be impaired in the future. 

To help our investors and the analysts that follow Suncor better model the effect that such a move may have, we also included the following information in the report:

Suncor’s operations in Syria represented approximately 3% of the company’s consolidated net earnings and cash flow from operations in 2011. The carrying value of Suncor’s net assets in Syria at December 31, 2011 was approximately $900 million.

As part of its normal course of operations, Suncor carries risk mitigation instruments in the aggregate amount of $405 million (pre-tax) on certain foreign operations, of which up to $300 million can apply to our assets in Syria.

And finally, the company used its fourth-quarter reporting period to acknowledge that we have not received payment for recent production in Syria. As and when it’s appropriate, we will work with the joint venture partner to receive that payment. But in the meantime (and in accordance with accounting regulations), we recorded an after-tax “provision” of $63 million against these receivables. (If you’re not familiar with this term, there is a very basic definition by Yahoo Answers that may help.)

For those who have been following our response to issues in Syria and Libya, we hope this post adequately describes what Suncor included in its final quarterly statement for 2011. But this update would feel incomplete if we didn’t also acknowledge the ongoing issues faced by both countries. While the situations on the ground are very different in each location, we continue to monitor each and hope for peace and stability – for the sake of our national employees in both countries, and for the future of the countries overall. 

Sommaire du rapport du quatrième trimestre

Tout comme nos articles se rapportant aux résultats du premier et du deuxième trimestre de Suncor, et nos deux articles (un sur la Syrie et l’autre sur la Libye) concernant le rapport du troisième trimestre de Suncor, la mise à jour d’aujourd’hui vise à résumer l’information touchant la Syrie et la Libye contenue dans le rapport du quatrième trimestre de 2011. 

Le rapport a été publié le soir du 31 janvier (PDF) et a été suivi le 1er février par une conférence téléphonique entre les membres de la haute direction, les investisseurs et les médias. 

Comme vous pouvez l’imaginer pour une société de cette envergure, le rapport aborde un certain nombre de sujets et de secteurs commerciaux. Les sections portant sur la Syrie et la Libye sont résumées ci-dessous. 

Libye

Comme nous le disons depuis quelques mois sur ce site, Harouge, la coentreprise dans laquelle Suncor détient une participation, s’efforce de redémarrer la production. Nous avons également mentionné plusieurs fois que Suncor appuyait Harouge si possible, compte tenu du fait que nous n’avons pas encore rétabli toutes nos activités en Libye (nous n’avons autorisé qu’un petit nombre d’employés à retourner au travail au bureau de Tripoli en suivant des protocoles de sécurité rigoureux).

C’est toutefois dans son rapport du quatrième trimestre que Suncor a publié pour la première fois sa part de la production qui a redémarré : 

Harouge Oil Operations BV, a réussi à redémarrer la production à trois des cinq champs en Libye, et les travaux se poursuivent en vue de stabiliser les niveaux de production. À la fin de décembre 2011, la production (part de Suncor) était d’environ 30 kb/j.

Par rapport à cette production, les résultats du quatrième trimestre tiennent compte de la vente de deux cargaisons de pétrole brut, pour lesquelles la Société a reçu le paiement en janvier.

Ceci dit, les obligations contractuelles de Suncor continuent d’être un cas de force majeure. Pour citer le rapport du quatrième trimestre : 

Suncor a bon espoir que les affaires reprendront progressivement en Libye et travaille à lever le cas de force majeure aux termes de ses CEPP. (Les CEPP sont des accords de partage de l'exploration et de la production.)

Hormis toute cette information, une grande partie du contenu du rapport concernant la Libye porte sur la dépréciation d’actifs, qui sont parfois appelées radiations. Si vous avez suivi l’aspect financier de l’histoire de Suncor en Libye, vous savez que compte tenu de l’incertitude qui entourait la situation à la fin du deuxième trimestre de 2011, la direction a déterminé que la valeur de ses actifs en Libye s’était dépréciée, et elle a comptabilisé une charge totale de 514 millions $. 

Étant donné qu’il plane encore trop d’incertitude quant à nos activités (notamment les plans d’accroissement de la production et le calendrier d’exécution des travaux de prospection futurs, et aussi l’étendue des dommages causés aux actifs de la Société), aucun changement n’a été apporté à l’évaluation par la Société des pertes de valeur, à une exception près : notre partenaire de coentreprise a été en mesure de confirmer l’existence de stocks de pétrole brut radiés au deuxième trimestre de 2011 et, par conséquent, des pertes de valeur de 11 millions $ liées à des stocks de pétrole brut ont fait l’objet d’une reprise.

Syrie

Pour ce qui est de la Syrie, la majeure partie de l’information contenue dans le rapport du quatrième trimestre a déjà été publiée dans notre communiqué de presse et l’article correspondant sur ce site Web en décembre, lorsque Suncor a interrompu ses activités dans ce pays. 

Comme l’indique clairement le rapport du quatrième trimestre, cette décision signifie également que la Société a cessé de comptabiliser toute production et tout revenu provenant de ses actifs en Syrie, et continue de se conformer à toutes les sanctions applicables.

Compte tenu de l’information concernant les dépréciations d’actifs en Libye (plus haut), vous vous demandez peut-être si des mesures similaires ont dû être prises pour les actifs en Syrie. Voici ce que le rapport du quatrième trimestre déclarait à ce sujet :

Suncor a estimé la valeur recouvrable nette de ses actifs en Syrie en se fondant sur le montant estimé de ses flux de trésorerie nets futurs attendus, évalués selon une gamme de résultats possibles. À la lumière des résultats de cette évaluation, Suncor n’a pas eu à comptabiliser de pertes de valeur à l’égard de ses actifs en Syrie. Si la situation en Syrie  vient à s’améliorer dans un avenir rapproché et que les sanctions sont levées, que les contrats de partage de la production et les contrats de vente retrouvent leur pleine force exécutoire et que les paiements relatifs à la vente d’hydrocarbures sont reçus, la valeur des actifs nets de Suncor en Syrie ne devrait pas subir de dépréciation. 

En revanche, si la situation ne s’améliore pas ou qu’elle se détériore, de sorte qu’il est impossible de reprendre les activités dans un avenir proche, la Société estime que ses actifs en Syrie pourraient éventuellement se trouver dépréciés. 

Afin d’aider nos investisseurs et les analystes qui suivent Suncor à mieux comprendre l’effet d’une telle décision, le rapport ajoutait ce qui suit :

En 2011, les activités de Suncor en Syrie ont représenté environ 3 % du résultat net consolidé et des flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles. La valeur comptable des actifs nets de Suncor en Syrie s’établissait  à environ 900 M$ au 31 décembre 2011.

Dans le cours normal de l’activité, Suncor détient des instruments d’atténuation des risques à l’égard de certains établissements  à l’étranger, dont le montant global s’élève à environ 405 M$ (avant impôt). De ce montant, une tranche de 300 M$ peut être utilisée à l’égard des actifs de la Société en Syrie.

Enfin, la Société a reconnu dans sa période de déclaration du quatrième trimestre qu’elle n’a pas reçu le paiement relatif à la production récente en Syrie. Lorsqu'elle jugera la situation et le moment appropriés, elle travaillera de concert avec son partenaire de coentreprise en vue de le percevoir. Mais entre-temps (et conformément aux règles de comptabilité), nous avons comptabilisé une provision après impôt de 63 millions $ à l’égard de ces créances. (Si vous ne connaissez pas ce terme, vous trouverez une réponse sur le site http://qc.answers.yahoo.com (en anglais seulement))

Pour ceux qui suivent nos réactions aux questions se rapportant à la Syrie et à la Libye, nous espérons que cet article décrit adéquatement ce que Suncor a inclus dans ses résultats du dernier trimestre de 2011. Cette mise à jour serait toutefois incomplète si nous ne reconnaissions pas aussi les problèmes auxquels font face ces deux pays. La situation est très différente aux deux endroits, et nous continuons de surveiller la situation dans chaque pays en espérant que la paix et la stabilité prévaudront – pour nos employés de ces deux pays, et pour l’avenir de la Libye et de la Syrie. 

December 11, 2011

Suncor Energy announces withdrawal from Syria

Today, Suncor announced that we have declared force majeure under our contractual obligations and are suspending operations with the General Petroleum Corporation (GPC) in Syria.

These actions are taken as a result of sanctions on Syria that were recently announced by the European Union.

You can read our full announcement in the corresponding news release, but we wanted to ensure this website was up-to-date as well. In addition, because this website tells a story through all its posts, it’s probably worth commenting on the update from Nov. 10.

In that post, we mentioned that Suncor’s “production guidance” for 2012 included production from Syria. At the time, we also mentioned that if the situation in Syria evolved to the point where we could no longer operate safely or responsibly, we would revisit the production estimate. Part of operating responsibly means complying with sanctions, so that previously hypothetical situation has now come to be. But as we looked at the 2012 production estimates, we also considered the ongoing ramp-up of production in Libya. With that in mind, management decided not to change Suncor’s total production guidance because Libya production was not originally included in 2012 estimates.

But let’s get back to the matter at hand. Our suspension of operations with GPC relates back to sanctions – as does our corresponding removal of remaining expats from Syria, and our ongoing determination of how we can best support Syrian employees during this extremely difficult time for their country.

Unfortunately, the situation in Syria continues to deteriorate. It is very concerning, and our best wishes are with the Syrian people; we hope for a return to peace as soon as possible.

 

Suncor Énergie annonce son retrait de la Syrie

Suncor a annoncé aujourd’hui qu’elle a invoqué un cas de force majeure en vertu de ses obligations contractuelles et qu’elle a suspendu ses activités avec la General Petroleum Corporation (GPC) en Syrie.

Ces mesures sont prises par suite des sanctions annoncées récemment par l’Union européenne à l’encontre de la Syrie.

Vous pouvez lire l’annonce complète dans le communiqué correspondant, mais nous tenions à nous assurer que le présent site Web était à jour. Par ailleurs, puisque ce site raconte une histoire par le biais de tous les articles affichés, il est probablement pertinent de commenter la mise à jour du 10 novembre.

Dans cet article, nous mentionnions que les « perspectives de production » de la Société pour 2012 incluaient la production syrienne. À ce moment-là, nous avons également mentionné que si la situation en Syrie se détériorait au point où nous ne pourrions plus exercer nos activités de manière sécuritaire et responsable, nous réévaluerions les prévisions de production. Exercer nos activités de manière responsable signifie en partie respecter les sanctions, et cette situation auparavant hypothétique est maintenant devenue réalité. Mais en examinant les prévisions de production pour 2012, nous avions aussi étudié l’augmentation continue de la production en Libye. C’est dans cet état d’esprit que la direction a décidé de ne pas modifier les perspectives de production totale de Suncor car la production libyenne n’était pas incluse dans les perspectives de 2012.

Mais revenons à la situation actuelle. La suspension de nos activités avec la GPC découle des sanctions, tout comme le retrait de nos expatriés de la Syrie, et notre engagement à déterminer la meilleure façon de soutenir nos employés syriens en ces temps extrêmement difficiles dans leur pays.

Malheureusement, la situation en Syrie continue de se détériorer. Elle est très préoccupante et nos pensées accompagnent le peuple syrien. Nous souhaitons un retour à la paix le plus tôt possible.

December 02, 2011

Update 1: Suncor's response to Sand Creek leak

Update: French translation added at 5:10 p.m. EST Dec. 6, 2011

This is an update regarding Suncor’s response to a leak near our operations in Commerce City, Colo.

Our containment and clean-up efforts have been ongoing since Monday, Nov. 28, and are going well.

We continue to cooperate and work closely with the regulatory bodies on this incident. In fact, we meet twice daily with the Environmental Protection Agency (EPA) and Colorado Department of Public Health and Environment (CDPHE). Both agencies are fully aware of our activities during this response and we’re coordinating response efforts with them.

Our immediate response included deploying booms in various areas of Sand Creek on Monday. Since then, we have built a dam to contain the leak and isolate the material from going into Sand Creek. We stopped the leak from entering the creek on Wednesday morning. Additionally, we are in the process of constructing an interceptor trench, which is a secondary protection to block off the material and enable recovery.

The leak to the creek was small and it is estimated that less than a barrel of a gasoline-like material entered Sand Creek. We will continue to respond in cooperation with the appropriate authorities as protecting the environment is a priority for Suncor.

 

Mise à jour 1 : Intervention de Suncor concernant la fuite de Sand Creek

Voici une mise à jour concernant l’intervention de Suncor dans le cadre d’une fuite près de nos installations situés à Commerce City, au Colorado.

Les efforts de confinement et de nettoyage que nous déployons depuis le lundi 28 novembre vont bon train.

Nous continuons de coopérer et de travailler en étroite collaboration avec les agences de réglementation dans le cadre de cet incident. En fait, nous rencontrons deux fois par jour la Environmental Protection Agency (EPA) et le Colorado Department of Public Health and Environment (CDPHE). Les deux agences se tiennent informées de nos activités d’intervention et nous coordonnons nos efforts avec les leurs.

Lundi, nous avons immédiatement déployé des estacades à plusieurs endroits sur le ruisseau Sand Creek. Depuis, nous avons érigé un barrage afin de contenir la fuite et d’éviter que la substance ne se répande. Nous avons réussi à empêcher la fuite d’atteindre le ruisseau mercredi matin. Par ailleurs, nous sommes en train de creuser un fossé collecteur pour ajouter une couche de protection pour bloquer la substance et permettre sa récupération.

La fuite était minime et on estime que moins d’un baril de substance semblable à de l’essence a pénétré dans le ruisseau. Nous continuerons d’intervenir en collaboration avec les organismes appropriés parce que la protection de l’environnement est une priorité à Suncor.

Suncor Energy contains Sand Creek leak

Update: French translation added at 2:25 p.m. EST Dec. 2, 2011

Commerce City, Colo. (Nov. 30, 2011) – Suncor Energy today reported it has isolated the material previously entering a section of Sand Creek adjacent to its Commerce City refinery.

Upon completion of Sand Creek clean-up efforts, Suncor will begin working to understand where the material is coming from and how it is making its way to the Sand Creek location. Upon learning of the material on Sand Creek on Monday, Nov. 28, Suncor responded immediately by deploying its highly trained emergency response and environmental teams to safely contain the material and protect the waterway. The effort included deploying booms that have effectively captured the remaining sheen material. Suncor’s emergency response team is continuing to monitor the area to ensure all sources of the material have been identified.

“While we are still awaiting official results to determine the exact nature of the material, based on its characteristics, we believe it migrated from the Suncor Energy refinery site to the area we’ve isolated from Sand Creek,” said John Gallagher, vice president of refining, U.S., for Suncor. “Once clean-up efforts are complete, we’ll focus our efforts on investigating the nature and extent of the migration, and begin remediation of the site.”

Suncor Energy has worked closely with appropriate regulatory agencies and will continue to do so throughout the clean-up and remediation efforts.

 

Suncor Énergie contient la fuite de Sand Creek

Commerce City (Colorado), le 30 novembre 2011 – Suncor Énergie a annoncé aujourd’hui qu’elle avait isolé la zone d’où se déversait une substance dans une section de Sand Creek près de sa raffinerie de Commerce City.

Après les travaux de nettoyage de Sand Creek, Suncor entreprendra des recherches pour déterminer la source de cette substance et sa voie d’accès à Sand Creek. Dès qu’elle a pris connaissance de la présence de cette substance sur la surface de Sand Creek le lundi 28 novembre, Suncor a immédiatement dépêché sur les lieux ses équipes d’intervention d’urgence et de protection environnementale composées de spécialistes très bien formés pour contenir la fuite en toute sécurité et pour protéger le cours d’eau. Les estacades déployées par les équipes d’intervention ont permis de retenir efficacement le reste de la substance qui formait un film en surface. Les équipes d’intervention d’urgence de Suncor continuent de surveiller les lieux pour s’assurer que toutes les sources de la substance ont été repérées.

« Bien que nous attendions toujours les résultats officiels des analyses pour déterminer la nature exacte de la substance, selon ses caractéristiques, il semble qu’elle ait migré de l’emplacement de la raffinerie de Suncor Énergie vers la zone de Sand Creek que nous avons isolée, a déclaré John Gallagher, vice-président, Raffinage, États-Unis, à Suncor. Une fois les travaux de nettoyage terminés, nous nous concentrerons sur notre enquête en vue de déterminer la nature de la substance et l’étendue du déversement, et nous commencerons nos opérations de remise en état des lieux.»

Suncor Énergie a travaillé en étroite collaboration avec les agences de réglementation et continuera de le faire tout au long des activités de nettoyage et de remise en état.

November 10, 2011

2012 production and capital spending estimates as they relate to Libya and Syria

Update: French translation added at 5 p.m. EST Nov. 14, 2011

We recently provided information about how Suncor’s third-quarter results for 2011 relate to Libya and to Syria.

We’d like to do something similar with the company’s production and capital spending guidance for 2012, which was released on Nov. 8.

If you read the news release, you will see that in the 2012 Production Outlook section, there is a paragraph that says,

“International production ranges assume volumes from assets in the U.K. sector of the North Sea and from Syria. The company is cautiously optimistic about a return to operations in Libya as it formulates a re-entry plan and cooperates with the joint venture operator, who is working to re-establish reliable production. At this time, however, Suncor's 2012 outlook assumes no production for Libya in 2012.”

You’ll note that the production guidance for 2012 includes Syria; that production would be at similar levels as we’re seeing in today’s operations.

That said, if the situation in Syria changes such that we no longer feel we can keep people safe or operate responsibly, the company’s actual (rather than estimated) production would be affected accordingly. (For the record, a similar statement is included in the news release – you’ll find it in the section titled “Legal Advisory”, where it says, “Suncor's foreign operations and related assets are subject to a number of political, economic and socio-economic risks. Suncor's operations in Syria may be constrained by political unrest.”)

For Libya, as it says above and in past posts to this website, we’re hoping to return to business. But it’s still too soon to verify production numbers from Harouge, or determine how quickly production will ramp-up (Harouge is the joint venture company we own a 49% stake in, and they are in the process of resuming production; Suncor is cooperating as best we can).

Plan de dépenses en immobilisations et perspectives de production pour 2012 en ce qui a trait à la Libye et à la Syrie

Nous avons récemment fourni de l’information sur les aspects des résultats du troisième trimestre de Suncor se rapportant à la Libye et à la Syrie.

Nous tenons à faire la même chose pour ce qui est du plan de dépenses en immobilisations et des perspectives de production de la Société pour 2012, annoncé le 8 novembre.

Si vous lisez le communiqué de presse, vous verrez le paragraphe suivant dans la section intitulée Perspectives pour 2012 :

« La fourchette de production internationale suppose des volumes provenant des éléments d'actif dans le secteur britannique de la mer du Nord et en Syrie. La Société fait preuve d'un optimisme prudent relativement à l'élaboration de son plan de reprise des activités et collabore avec son partenaire de coentreprise, qui travaille à rétablir la production. À l'heure actuelle, les perspectives de Suncor pour 2012 ne tiennent compte d'aucune production en Libye pour 2012. »

Vous remarquerez que les perspectives pour 2012 incluent la Syrie et que la production serait à des niveaux semblables à ceux d’aujourd’hui.

Ceci dit, si la situation en Syria change et que nous ne croyons plus pouvoir assurer la sécurité des gens et une exploitation responsable, la production réelle (plutôt qu’estimative) de la Société serait touchée en conséquence. (Nous vous signalons que le communiqué contient un énoncé similaire dans la section intitulée Mise en garde – renseignements de nature prospective : « Les activités de Suncor à l’étranger et les actifs afférents sont assujettis à un certain nombre de risques politiques, économiques et socio-économiques. Les activités de Suncor en Syrie peuvent être restreintes par l’agitation politique. »)

Pour ce qui est de la Libye, nous espérons reprendre nos activités dans ce pays, tel que mentionné plus haut et dans des articles affichés auparavant sur ce site. Il est toutefois trop tôt pour confirmer les chiffres de la production de Harouge, ou pour déterminer à quel rythme la production s’accélérera (Harouge est la coentreprise dans laquelle nous détenons une participation de 49 %, et qui est en train de rétablir sa production; Suncor coopère du mieux qu’elle peut).

November 04, 2011

Discussion of Syria in our third-quarter report

Update: French translation added at 10:30 a.m. EST Nov. 8, 2011

Below, and as we have been doing throughout 2011, Suncor provides an update about our business in Libya as part of our quarterly reporting protocols.

This post is to point readers in the direction of our third-quarter reporting on Syria. You can certainly review the full report for the quarter if you wish, but it’s relatively lengthy (as financial reports for a company of this size tend to be).

So to save you some time, here are some key Syria-related excerpts:

1. Page 3, with similar comments on page 10 and page 28:

In response to recent events in Syria, new sanctions were announced during the quarter prohibiting, among other things, the purchase of Syrian oil production and new investment in the Syrian oil industry. Current sanctions do not impact the production and sale of natural gas from the Ebla project, which is not exported, but which helps meet the domestic energy supply. Suncor continues to comply with the terms of all applicable sanctions and recognizes the concerns that exist about ongoing events in Syria. Suncor continues to carefully monitor the unrest and is taking all necessary precautions for the safety of our people. Suncor believes that, by employing local Syrian staff, developing Syrian capability and producing natural gas to generate electricity for domestic consumption, the company can be a positive contributor in Syria, provided the work can be done responsibly. To that end, Suncor is also focused on the social responsibility we have in operating in an area affected by conflict.

While this language is new to our quarterly reports, it’s probably old news to anyone that has been visiting this website. If you’re just arriving to this site now, you may want to look through our Syria archives to review our comments over the last couple of months regarding sanctions and operations in Syria.

2. Page 25:

Production from Syria increased slightly, due mainly to new oil production from wells that came on-stream in late 2010 and early 2011.

To be clear, our primary focus for the past several months has been on ensuring the safety of existing operations. Growth in Syria is not on the agenda right now (and on top of that, growth through new agreements is not permitted under current sanctions).

But as we have stated on our public “About Suncor” website, there is a small amount of oil production associated with our natural gas field in Syria. Up until earlier this year, we had been working to bring new wells on-stream (industry-speak for “producing”). No new wells are expected to come on-stream in the foreseeable future.

 

Discussion sur la Syrie dans notre rapport du troisième trimestre

Comme elle l’a fait tout au long de 2011, Suncor fournit ci-dessous une mise à jour sur ses activités en Libye dans le cadre de ses protocoles de communication de l’information.

Cet article a pour but de diriger les lecteurs vers nos résultats du troisième trimestre en Syrie. Vous pouvez bien sûr consulter le rapport complet si vous le désirez, mais il est relativement long (comme le sont généralement les rapports financiers d’une société de cette envergure).

Alors pour vous épargner du temps, voici certains des principaux extraits se rapportant à la Syrie :

1. À la page 3, puis aux pages 11 et 29 :

Par suite des événements en Syrie, de nouvelles sanctions ont été annoncées au cours du trimestre, interdisant, entre autres choses, l'achat de la production de pétrole syrien ou de nouveaux investissements dans le secteur pétrolier syrien. Les sanctions actuellement en vigueur n'ont pas d'incidence sur la production et la vente de gaz naturel du projet Ebla, lequel n'est pas exporté mais contribue à répondre à la demande en énergie au pays. Suncor continue de se conformer aux modalités de toutes les sanctions applicables à ses activités et est consciente des préoccupations qui existent à l'égard des événements en Syrie. Elle continue de surveiller attentivement l'évolution des tensions et prend toutes les précautions nécessaires pour assurer la sécurité de son personnel. Suncor estime que le fait d'embaucher du personnel syrien, de perfectionner les compétences en Syrie et de produire du gaz naturel en vue de générer de l'électricité pour la consommation intérieure lui permet d'apporter une contribution positive à la Syrie, à condition que le travail puisse être effectué de façon responsable. Pour s'en assurer, Suncor met l'accent sur la responsabilité sociale liée au fait d'exercer des activités dans un territoire où sévit un conflit.

Ce type de commentaire est nouveau dans nos rapports trimestriels, mais familier pour quiconque visite ce site Web. Si c’est votre première visite, vous pourriez consulter nos archives sur la Syrie afin de prendre connaissance de nos commentaires des derniers mois concernant les sanctions et les activités dans ce pays.

2. À la page 29 :

La production provenant de la Syrie a augmenté légèrement, principalement en raison d’une nouvelle production pétrolière provenant de puits mis en service à la fin de 2010 et au début de 2011.

Pour être clairs, nous avons mis l’accent au cours des derniers mois sur la sécurité de nos activités existantes. La croissance en Syrie n’est pas à l’ordre du jour pour le moment (de plus, les sanctions actuelles n’autorisent pas la croissance par le biais de nouvelles ententes). Mais comme nous l’avons mentionné sur notre site Web À propos de Suncor, une petite production de pétrole est associée à notre champ de gaz en Syrie. Nous nous efforcions jusqu’à plus tôt cette année de mettre en production de nouveaux puits. On ne prévoit toutefois aucune mise en production de nouveau puits dans un avenir prévisible.

Mais comme nous l’avons mentionné sur notre site Web À propos de Suncor, une petite production de pétrole est associée à notre champ de gaz en Syrie. Nous nous efforcions jusqu’à plus tôt cette année de mettre en production de nouveaux puits. On ne prévoit toutefois aucune mise en production de nouveau puits dans un avenir prévisible.

Discussion of Libya in the third-quarter results

Update: French translation added at 3:46 p.m. EDT Nov. 7, 2011

Suncor has released its third-quarter results for 2011, and it is online if you wish to review. Similar to what we’ve done for the second quarter and first quarter results at Suncor, we’d like to highlight a few points of the report that pertain to Libya.

1. Page 3, with similar comments on page 10 and page 27:

…the transition to a new government in Libya resulted in the lifting of many of the sanctions that were impacting Suncor’s operations in the country. The company is cautiously optimistic about a return to operations as it formulates a re-entry plan and co-operates with the joint venture operator, who is working to restart production. At this time, there has been no change in the company’s assessment of the impairment of assets in Libya.

This language may sound pretty familiar if you’ve been following along on this site; the comments above are based on the same information that led us to post our Oct. 11 and Sept. 27 updates to this website. Indeed, we are in the process of developing a re-entry plan, but obviously still have concerns about safety that must be taken into account as we begin to have a few expats on the ground, beginning to engage in activities like meetings. 

Meanwhile, we continue to cooperate with Harouge, the joint venture that Suncor owns a 49% stake in. This includes a process of confirming reports of Harouge re-establishing some production.

Lastly, the “impairment” referred to above (also referred to as a “write-down” in accounting-speak and explained in more detail back in the second quarter) does remain in place. It’s simply too early to be discussing things like impairment reversal, future capital spending programs, etc.

2. Page 13 contains an excerpt that should be relatively self-explanatory, given the comments and links provided above:

During the second quarter of 2011, the company recorded impairment charges of $514 million (net of income taxes of $nil) against assets pertaining to its operations in Libya, which were shut-in in early March.

3. Similarly, page 25 also has a paragraph that should be fairly straightforward, given our comments above and in past posts to this website:

Production from Libya remained shut-in during the third quarter as a result of the political violence and subsequent change in government that has occurred in that country. Suncor is co-operating with the joint venture operator to the extent possible; however, Suncor has not finalized its re-entry plans for Libya.

4. Lastly, pages 27-28 of the report contain lengthier disclosure related to the impairment charges recorded in Q2, and other financials related to Libya that have previously been discussed in quarterly reports and/or this site. But we include it here in case you are interested.

Confronted by the uncertainty surrounding the situation in Libya at the end of the second quarter of 2011, management made an assessment based on its belief at that time that it may not be able to re-enter Libya for a period of one to two years, if at all, and that any resumption of operations may involve additional remedial expenditure.

The company determined that its assets in Libya were impaired and recorded charges…(see full report for more detail). After these impairments, the carrying value of Suncor’s net assets in Libya was approximately $400 million. As of September 30, 2011, there has been no change in the company’s assessment of the impairment of assets…(see full report for more).

Suncor’s operations in Libya represented approximately 1% of the company’s consolidated operating earnings for the year ended December 31, 2010 and 3% of the company’s consolidated assets as at December 31, 2010. As part of its normal course of operations, Suncor carries risk mitigation instruments in the aggregate amount of approximately $400 million (pre-tax) on certain foreign operations, including Libyan operations.

Discussion sur la Libye dans les résultats du troisième trimestre

Suncor a publié ses résultats du troisième trimestre de 2011, et vous pouvez les consulter en ligne si vous le désirez. Comme nous l’avons fait pour les résultats du premier et du deuxième trimestre, nous aimerions mettre en valeur quelques points du rapport qui concernent la Libye.

1. À la page 3, puis aux pages 11 et 29 :

… la transition à un nouveau gouvernement en Libye s’est traduite par la levée d’un certain nombre de sanctions qui avaient une incidence sur les activités de Suncor dans le pays. La Société fait preuve d’un optimisme prudent à l’égard d’une reprise des activités alors qu’elle élabore un plan de reprise et collabore avec son partenaire de coentreprise, qui travaille à remettre la production en marche. À l’heure actuelle, l’évaluation de la Société concernant la dépréciation des actifs en Libye n’a pas changé.

Cette information doit vous sembler familière si vous visitez ce site. Les commentaires ci-dessus sont fondés sur les mêmes renseignements qui nous ont conduits à publier ces mises à jour sur ce site le 27 septembre et le 11 octobre. Nous sommes en effet en train d’élaborer un plan de reprise, mais nous continuons de nous préoccuper de la sécurité, car nous devons bien sûr en tenir compte dès que nous commençons à envoyer quelques personnes sur les lieux pour organiser certaines activités comme des réunions.

Nous continuons entre-temps de coopérer avec Harouge, la coentreprise dans laquelle Suncor détient une participation de 49 %, et nous confirmons les rapports de rétablissement d’une certaine production.

Enfin, la dépréciation mentionnée ci-dessus (également appelée radiation en comptabilité et expliquée plus en détail au deuxième trimestre) demeure. Il est tout simplement trop tôt pour discuter de contrepassation de la dépréciation, de programmes de dépenses en immobilisations futurs, etc.

2. On trouve à la page 15 un extrait qui se passe d’explication compte tenu des commentaires et des liens fournis plus haut :

Au deuxième trimestre de 2011, la Société a comptabilisé des pertes de valeur de 514 M$ (déduction faite d’impôt sur le résultat de néant) à l’égard d’actifs liés à ses activités en Libye dont l’exploitation a cessé au début de mars.

3. La page 29 contient aussi un paragraphe qui devrait être explicite compte tenu de nos commentaires ci-dessus et des articles affichés sur ce site Web par le passé :

La Societé n’a pas redémarré la production en Libye au cours du troisième trimestre, compte tenu de la violence politique dans ce pays et de la transition vers un nouveau gouvernement par laquelle ce mouvement s’est soldé. Suncor collabore le plus étroitement possible avec l’exploitant de la coentreprise; elle n’a toutefois pas finalisé son plan de retour en Libye.

4. Enfin, le rapport contient à la page 32 une plus longue communication sur les charges de dépréciation enregistrée au deuxième trimestre et d’autres résultats financiers se rapportant à la Libye et ayant déjà fait l’objet d’une discussion dans les rapports trimestriels et (ou) sur le site. Mais nous l’incluons ici au cas où vous seriez intéressé.

Confrontée à l’incertitude entourant la situation en Libye à la fin du deuxième trimestre de 2011, la direction avait alors évalué qu’elle ne serait pas en mesure de réintégrer la Libye avant un an ou deux ans – envisageant même la possibilité de ne jamais être en mesure de reprendre la production dans ce pays – et que toute reprise des activités pourrait nécessiter des dépenses supplémentaires.

La Société a déterminé que la valeur de ses actifs en Libye s’était dépréciée, et elle a comptabilisé des charges… (voir le rapport pour plus de détails). Après la comptabilisation de ces réductions de valeur, la valeur comptable des actifs nets de Suncor en Libye s’établissait à environ 400 M$. En date du 30 septembre 2011, il n’y avait eu aucun changement dans l’évaluation par la Société de la dépréciation de ses actifs en Libye. (Voir le rapport pour plus détails.)

Les activités de Suncor en Libye ont représenté environ 1 % du résultat opérationnel consolidé de la Société pour l’exercice clos le 31 décembre 2010 et représentaient 3 % de ses actifs consolidés à cette date. Dans le cours normal de l’activité, Suncor détient des instruments d’atténuation des risques à l’égard de certains établissements à l’étranger, notamment les activités en Libye, dont le montant global s’élève à environ 400 M$ (avant impôt).

October 11, 2011

Suncor Visit to Tripoli with Minister Baird

In our most recent update on Libya from a couple of weeks ago, we noted that we have a number of considerations to work through before returning fully to business in Libya.

First and foremost on that list of considerations is safety and security. There are a number of ways to get information about the current conditions in Tripoli and elsewhere, and we are certainly pursuing multiple avenues. 

For example, a member of Suncor’s executive team recently accompanied Canada’s minister of Foreign Affairs on a visit to Tripoli. We were pleased to be a part of Minister Baird’s delegation. While this visit was only one source of information and quite a short visit, we hope it may help Suncor in our ongoing efforts to form a better picture of the current situation in Tripoli. 

 

Visite du Ministre Baird à Tripoli 

Dans notre dernière mise à jour au sujet de la Libye il y a quelques semaines, nous avions indiqué que nous devions tenir compte d’un certain nombre de considérations avant de retourner en Libye. 

Ce qui vient au premier plan dans cette liste est d’abord la sécurité. Il existe plusieurs façons d’obtenir de l’information sur la situation actuelle à Tripoli et ailleurs, et il est certain que nous consultons de multiples sources d’information. 

Par exemple, un membre de l’équipe de direction de Suncor a accompagné récemment le ministre canadien des Affaires étrangères lors d’une visite à Tripoli. C’est avec plaisir que nous avons fait partie de la délégation du Ministre Baird. Bien que cette visite ait constitué une seule source d’information et ait été de courte durée, nous espérons qu’elle peut aider Suncor dans ses efforts soutenus visant à se faire une idée plus précise de la situation actuelle à Tripoli. 

 

October 06, 2011

Canada adds sanctions to Syria

As you may know, new sanctions against Syria were announced by the Canadian government on Oct. 4. Suncor is, and will remain, compliant with all applicable sanctions on Syria.

The recent Canadian sanctions are similar to those imposed by the European Union last week, and discussed on our previous update to this site. At the risk of sounding repetitive, the new Canadian sanctions relate to our industry, but allow existing operations and agreements to continue (including the operations of the Ebla development, which primarily produces natural gas used within Syria).

We’d like to acknowledge and recognize the numerous governments around the world, including Canada’s, that are trying their best to signal concerns with ongoing events in Syria while also trying not to make life harder on the country’s citizens.

 

Le Canada renforce les sanctions à l’encontre de la Syrie

Comme vous le savez peut-être, de nouvelles sanctions à l’encontre de la Syrie ont été annoncées par le gouvernement canadien le 4 octobre. Suncor se conforme aux sanctions en vigueur à l’encontre de la Syrie et elle continuera à s’y conformer.

Les dernières sanctions du Canada sont similaires à celles imposées la semaine dernière par l’Union européenne et dont il a été question dans notre dernière mise à jour sur ce site. Comme nous l’avons déjà indiqué, les nouvelles sanctions du Canada visent notre industrie, mais elles prévoient le maintien des activités et des ententes en vigueur (incluant les activités du projet Ebla qui produit principalement du gaz naturel pour la Syrie).

Nous tenons à prendre acte du fait que les différents gouvernements à travers le monde, incluant celui du Canada, font de leur mieux pour exprimer leurs préoccupations à la lumière des événements qui surviennent en Syrie, tout en faisant l’impossible pour ne pas causer de préjudices aux citoyens du pays.

September 29, 2011

A brief update on Syria

Update: French translation added at 3:30 p.m. EDT on Sept. 29, 2011

As it has been some time since we posted an update to this site regarding Syria, we thought our readers would like to know that we are still monitoring the situation very closely.

We continue to maintain our safety and security precautions, and continually test our plans and assumptions against current realities.

You may have noted that the European Union recently imposed another set of sanctions on Syria, following from sanctions imposed in early September. While these sanctions are aimed at our industry, they also allow for continued operation of existing operations/agreements.

More importantly, and as we have said before, Suncor is in compliance with all relevant sanctions, and intends to comply with any relevant future sanctions. We appreciate how difficult it must be for governments to determine how to signal their concerns with ongoing events in Syria while also doing their best not to make life harder on the country’s citizens. (For more on our views about the complexities related to Syria, see our previous posts to this website, like the one from Aug. 24.)

As we have said before, Suncor is very aware that if we are going to continue operating responsibly in Syria, we need to consider our values and the social responsibility we have in working in an area affected by conflict. We continue to pay much attention to the Corporate Social Responsibility aspects of our presence in Syria, and have appreciated the guidance we have received on this subject thus far. (For more on this and some of the steps we’re taking, please review another of our August posts to this site.)

 

Mise à jour au sujet de la Syrie

Notre dernière mise à jour au sujet de la Syrie sur ce site remonte à quelque temps déjà et nous avons cru bon de faire savoir à nos lecteurs que nous continuons à surveiller la situation de très près.

Nous maintenons nos consignes de sécurité et vérifions continuellement nos plans et nos options à la lumière de la situation qui prévaut.

Vous avez peut-être remarqué que l’Union européenne a imposé récemment une autre série de sanctions à l’encontre de la Syrie, sanctions qui font suite à celles imposées au début de septembre. Bien que ces sanctions visent notre industrie, elles prévoient aussi le maintien des activités en vertu des ententes en vigueur.

Plus important encore, comme nous l’avons indiqué auparavant, Suncor respecte toutes les sanctions pertinentes et a l’intention de se conformer à toute autre sanction pertinente future. Nous savons combien il peut être difficile pour les gouvernements de déterminer comment exprimer leurs préoccupations à la lumière des événements qui surviennent en Syrie, tout en faisant l’impossible pour ne pas causer de préjudices aux citoyens du pays. (Pour plus de renseignements sur notre point de vue sur les enjeux complexes reliés à la Syrie, veuillez consulter nos articles antérieurs sur ce site Web, notamment celui du 24 août.)

Comme nous l’avons déclaré auparavant, Suncor est très consciente du fait que si nous voulons continuer à exercer nos activités de manière responsable, nous devons tenir compte de nos valeurs et de la responsabilité sociale que nous avons en étant présent dans une région touchée par un conflit. Nous continuons d’accorder une grande attention aux aspects de responsabilité sociale de l’entreprise dans le cadre de notre présence en Syrie et nous apprécions l’encadrement que nous avons reçu à ce sujet jusqu’à maintenant. (Pour obtenir plus de renseignements à ce propos et pour connaître certaines des mesures que nous prenons, veuillez lire un autre article paru en août sur ce site.)

September 27, 2011

Harouge joint venture planning to resume production

Update: French translation added at 9:30 a.m. EDT on Sept. 27, 2011

There has been recent media coverage about Harouge re-starting production in Libya. Harouge is the joint venture company in Libya that Suncor owns a 49% stake in, so it’s understandable that people are interested in our response to this latest development.

We know that Suncor has a strong set of assets with the potential to aid the National Transitional Council’s desire to restore oil production in Libya.

We are also aware of Harouge’s efforts to re-start production, and we are cooperating with Harouge to the extent possible, considering we have not yet finalized our plans for return. Before we finalize those plans, there are a number of considerations we must work through.

Our first and foremost consideration is the need for safety and security of our people, and the ability to operate responsibly. We continue to assess these important requirements.

Other considerations relate to the contractual/legal framework, functionality of institutions and availability of necessary services, among other things.

Some of these considerations may require a small number of expat staff to visit Libya for meetings and further assessments. Certainly, there are reports of other international oil companies sending in teams to do just that. We are also working through this possibility, but must first be confident that we can send required staff into Libya safely.

 

Reprise de la production planifiée par la coentreprise Harouge

Les médias ont fait état récemment du redémarrage de la production par la société Harouge en Libye. Harouge est la coentreprise de Libye dans laquelle Suncor détient une participation de 49 % et, il est donc naturel que les gens désirent connaître de quelle façon la situation a évolué dernièrement.

Nous savons que Suncor détient d’importants actifs offrant la possibilité de soutenir la volonté du Conseil national de transition de rétablir la production de pétrole en Libye.

Nous sommes aussi conscients des efforts déployés par la société Harouge visant à redémarrer la production et nous collaborons avec cette société dans la mesure du possible, bien que nous n’ayons pas arrêté définitivement nos plans en vue d’un retour. Nous devons auparavant examiner un certains nombre d’aspects.

Notre priorité absolue est d’assurer la sécurité de nos employés et d’exercer nos activités de façon responsable. Nous continuons d’évaluer ces importantes exigences.

D’autres aspects ont trait notamment au cadre contractuel et juridique, au fonctionnement des institutions et à la disponibilité des services requis.

Par conséquent, il se peut qu’un petit nombre d’employés expatriés ait à se rendre en Libye pour assister à des réunions et faire une évaluation plus approfondie de la situation. Des rapports d’autres sociétés pétrolières internationales indiquent avec certitude qu’elles ont dépêché des équipes pour faire de même. Nous envisageons également cette possibilité, mais nous devons avant tout nous assurer que notre personnel peut se rendre en Libye en toute sécurité.

September 02, 2011

Canada announces lifting of sanctions on Libya – what’s next for Suncor?

The above question is one we’ve received several times in a relatively short period.

Yesterday, the Canadian government has announced it is lifting its sanctions against Libya immediately. Similar to what we said in our last post about Libya, we hope this is a positive sign of peace for the Libyan people.

We continue to monitor and evaluate ongoing developments in the country. It’s important to note that beyond sanctions being lifted in Canada and elsewhere, there are many other considerations that we need to take into account prior to returning to Libya.

As we have said in the past, the first and foremost consideration for us continues to be our concern for the safety and security of our employees and contractors.

 

Le Canada annonce la levée des sanctions contre la Libye – Quelles sont les prochaines étapes pour Suncor?

Cette question nous a été posée à plusieurs reprises dernièrement. 

Hier, le gouvernement canadien a annoncé la levée immédiate des sanctions contre la Libye. Pour reprendre ce que nous avons affirmé dans notre dernier article au sujet de la Libye, nous espérons qu’il s’agit d’un signe positif de retour vers la paix pour le peuple libyen. 

Nous continuons à surveiller et évaluer les développements dans ce pays. Il est important de noter que même si les sanctions ont été levées au Canada et ailleurs, il faut tenir compte de nombreuses autres considérations avant de retourner en Libye.

Comme nous l’avons déclaré par le passé, notre priorité absolue demeure la sécurité de nos employés et de nos entrepreneurs.

 

August 24, 2011

Some FATQ (Frequently Asked Tough Questions) about Suncor and Syria

Regarding Syria, the questions we are getting seem to fit three general themes. We'll try to address each one here, but we also recommend you watch the video below, "Q&A with Rick George on Suncor in Syria" if you haven't already. You can also read our initial post on our business in Syria as well as review all of our posts about our business in Syria.

1. How could Suncor possibly keep working in Syria? Why don't you make a statement against the Syrian government and leave the country?

 We don't think it's that simple. First and foremost, we aren't going to make any political statement that could put our people at risk -- and that includes our Syrian national employees.

Those same people are one of the reasons we'd prefer not to cease operations and leave. People remain a strong factor in this complex situation. It's not just a matter of bringing a few expatriates home and calling it a day, as some may think.

Obviously, there are other reasons as well, including our original investment and  contractual obligations.  But these too, have a people dimension. The natural gas we extract is used to generate power for the Syrian people and we have local employees whose livelihood depends on our presence there.

2. I heard Suncor is trying to say it doesn't have a relationship with the Assad government. How can that be?

We work with a state-owned company called the General Petroleum Corporation (GPC). While Suncor shares a working interest in the Ebla gas project with this company, this isn’t to say that we have a direct relationship with the Syrian government.

That's why, when it comes to raising our concerns about the current situation, we have done so through GPC. We believe that's our best means of influence.

3. Do you or do you not pay money to the Syrian government?

As Rick George, our president and chief executive officer says in the video below, our original investment of about $1.2 billion was complete in 2010. Since the spring of 2010, we've been spending small amounts of money on operations for things like safety, maintenance, and good oilfield practices.

The Syrian government actually pays us for cost recovery of our initial investment and for our share of the natural gas profits each month.

 

Quelques questions difficiles à répondre

En ce qui concerne la Syrie, les questions qui nous sont posées semblent tourner autour de trois thèmes généraux. Nous tenterons de répondre à chacune d’elle mais nous vous invitons à regarder la vidéo ci-dessous, « Rick George répond à quelques questions » si ce n’est déjà fait.

1. Comment Suncor peut-elle poursuivre ses activités en Syrie? Pourquoi ne pas faire une déclaration contre le gouvernement de la Syrie et quitter le pays?

 Ce n’est pas aussi simple. Premièrement, nous ne ferons aucune déclaration politique qui pourrait mettre les gens en danger, incluant nos employés syriens.

Ces gens sont l’une des raisons pour laquelle nous préférons ne pas mettre fin à nos activités et quitter le pays. Les gens demeurent un élément solide dans cette situation complexe. Il ne s’agit pas seulement de rapatrier quelques expatriés et de mettre la clé dans la porte, selon ce que certaines personnes pourraient croire.

Visiblement, il y a d’autres raisons, incluant nos investissements initiaux et nos obligations contractuelles qui comportent également une dimension humaine. Le gaz naturel que nous extrayons sert à fournir de l’électricité au peuple syrien. Par ailleurs, nous avons des employés locaux dont la subsistance dépend de notre présence là-bas.

2. J’ai entendu dire que Suncor essaie de dire qu’elle n’a aucune relation avec le gouvernement Assad. Comment est-ce possible?

Nous travaillons avec une société d’état appelée General Petroleum Corporation (GPC). Bien que Suncor partage une participation directe dans le projet gazier Ebla avec cette société, cela ne signifie pas que nous avons des liens directs avec le gouvernement syrien.

C’est pourquoi, lorsque nous avons soulevé des préoccupations face à la situation actuelle, nous l’avons fait auprès de GPC. Nous croyons que c’est notre meilleure façon d’avoir une certaine influence.

3. Est-ce que vous versez ou non de l’argent au gouvernement syrien?

Comme Rick George, notre président et chef de la direction le mentionne dans la vidéo ci-dessous, notre investissement initial d’environ 1,2 milliard de dollars a été réalisé en 2010. Depuis le printemps 2010, nous avons dépensé quelques sommes pour nos activités reliées aux opérations, notamment pour la sécurité, la maintenance et les pratiques généralement reconnues pour les champs pétrolifères.

En réalité, le gouvernement syrien nous paie pour la récupération de nos coûts et notre investissement initial et pour notre part des profits tirés du gaz naturel chaque mois.

 

Update: Links to Syrian-related posts added at 5:41 pm EDT on September 2, 2011

August 22, 2011

Our initial reaction to latest events in Libya

We've received a few questions today on whether the latest events in Libya mean that we'll be going back to work there. For now, it's early days. Like many others, we're watching to see how the current events in Tripoli unfold.

The most important outcome to hope for is potential peace for the Libyan people, who have been living through extraordinarily difficult times for over six months now.

 

Notre première réaction aux derniers événements en Libye

Nous avons reçu quelques questions aujourd'hui concernant un retour en Libye à la lumière des derniers événements. Pour le moment, il est trop tôt pour se prononcer. Comme tout le monde, nous surveillons le déroulement des événements à Tripoli.

Nous ne pouvons qu'espérer le retour de la paix pour le peuple libyen qui a traversé des périodes extrêment difficiles au cours des six derniers mois.

August 18, 2011

Q&A with Rick George on Suncor in Syria

Further to the information posted about our business in Syria earlier this week, Rick George, our president and CEO, thought it important to provide some additional background. Please watch the video below for a short Q&A session with Rick. You may also hear him on the radio over the next day or two, responding to some of these same issues.

 
Please note that the video with Rick was taped on August 17.

 

Rick George répond à quelques questions

À la suite de l’information publiée à propos de nos activités en Syrie plus tôt cette semaine, Rick George, notre président et chef de la direction, a cru important de fournir quelques explications additionnelles. Veuillez regarder la vidéo ci-dessous au cours de laquelle Rick répond à quelques questions. Vous pourrez aussi l’entendre à la radio au cours des prochains jours alors qu’il répondra à certaines de ces questions.

Des sous-titres en français sont maintenant disponibles pour la vidéo de Rick George de Suncor portant sur la Syrie. Pour avoir accès aux sous-titres dans YouTube :
 

  1. Cliquez sur Play – un bouton CC (sous-titres codés) apparaîtra dans la barre d’outils de la vidéo, tout juste à droite du code temps (voir l’instantané d’écran 1).
  2. Pour l’activer, cliquez sur le bouton CC (voir l’instantané d’écran 2). Le français apparaîtra. Si vous pointez la souris sur l’image, d’autres options apparaîtront.

August 16, 2011

Suncor’s business in Syria

In light of the civil unrest in Syria, we’ve received messages expressing concern about our work there. 

For security reasons, we won’t be getting into details publicly (at least for now) about the status of our personnel, how many people we have in country, etc. We have employees in Syria, including a number of Syrian nationals, and a smaller group of expatriates. Our number one priority is to keep all of these people safe. To that end, we have contingency plans and protocols in place, and regularly review these plans. We’ve also talked through our plans with outside experts and various information sources, both in and out of the country. We’re constantly monitoring the situation.

By way of background, our business in Syria revolves around a natural gas plant, completed in April of last year, which produces approximately 80 million cubic feet of gas per day. This gas is used to generate electricity which is consumed domestically in Syria.  We operate this plant according to the terms of a production sharing contract, whereby we receive payment from the Syrian government for the gas produced from this plant.

We are well aware that if we are going to continue operating responsibly, we need to consider our values and the social responsibility we have in operating in an area affected by conflict.

That’s why there is a great deal of work occurring at Suncor (both inside and outside of Syria) to ensure we are upholding our values. For years, our business in Syria has been guided by our “Principles for Responsible Investment & Operations.” We’ve since strengthened that guiding document by adding an Ethics Charter to our joint venture operations in Syria and we’ve also recently approved a Human Rights policy, which is something we’ve been working toward since the merger of Suncor and Petro-Canada.

We have also engaged in dialogue with external bodies that have special expertise in conflict sensitive business practices. They have guided us in some of our steps so far, and we continue to take their advice on how best to approach this type of situation.

We have also been communicating and aligned with the Canadian government and are, of course, committed to continuing to comply with all applicable sanctions. 

We're very concerned about the ongoing unrest in Syria and we are continually evaluating how best to proceed.

Les activités de Suncor en Syrie

À la lumière de l’agitation politique en Syrie, nous avons reçu des messages exprimant certaines inquiétudes concernant notre présence dans ce pays.

Pour des raisons de sécurité, nous ne divulguerons aucun détail (du moins pour le moment) sur la situation de notre personnel, le nombre de nos employés présents dans le pays, etc. Nous avons des employés en Syrie, incluant des ressortissants syriens et un petit groupe d’expatriés. Notre priorité absolue est la sécurité de ces personnes. À cet effet, nous avons mis en place des plans et des protocoles de mesures d’urgence que nous vérifions régulièrement. Dans le cadre de ces plans, nous avons discuté avec des experts externes et diverses sources d’information, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Nous surveillons la situation de près.

Pour situer le contexte, nous exploitons en Syrie une usine de gaz naturel, dont la construction s’est terminée en avril de l’an dernier, qui produit environ 80 millions de pieds cubes de gaz naturel par jour. Ce gaz sert à générer l’électricité consommée en Syrie. Nous exploitons cette usine conformément aux termes d’un contrat de partage de production, en vertu duquel nous recevons un paiement du gouvernement de la Syrie pour le gaz produit à l’usine.

Nous sommes bien conscients que si nous voulons continuer à fonctionner de manière responsable, nous devons tenir compte de nos valeurs et de la responsabilité sociale que nous avons en exerçant des activités dans une région touchée par un conflit.

C’est pourquoi de grands efforts sont déployés à Suncor (autant en Syrie qu’à l’extérieur) pour assurer le respect de nos valeurs. Pendant des années, nos activités en Syrie ont été guidées par nos « Principes relatifs aux activités et aux investissements responsables ». Depuis, nous avons ajouté une charte sur l’éthique à nos activités de coentreprise en Syrie et nous avons récemment approuvé un principe en matière des droits de la personne, sur lequel nous travaillons depuis la fusion entre Suncor et Petro-Canada.

Nous nous sommes aussi engagés dans un dialogue avec des groupes externes qui ont une expertise spéciale en matière de pratiques commerciales sensibles aux conflits. Ils nous ont guidés jusqu’à présent et nous continuons à suivre leurs conseils sur la meilleure façon de gérer ce genre de situation. 

Nous avons également maintenu la communication avec le gouvernement canadien et nous nous sommes engagés à continuer à respecter toutes les sanctions applicables.

Nous sommes très préoccupés par l’agitation en Syrie et nous continuons à évaluer la meilleure façon d’agir.

August 02, 2011

Update on Libya in Suncor's Q2 report

The last time we posted to this website was to draw your attention to the Libya-related information in Suncor’s first quarter report. Today, we’ve got a similar message, because the company just recently released its second quarter report.

Partly for disclosure reasons, companies often measure time in quarters of years. In each quarter, a company can point to certain milestones or highlights. 

Unfortunately for the Libyan people, there have been few positive milestones or highlights in recent weeks and months – and the situation in Libya through the second quarter of 2011 was much the same as it was at the end of the first quarter. 

Suncor joins the many people and countries around the world who had hoped for a resolution by now – for the sake of our Libyan national employees, their families and all others who continue to suffer the tragedies occurring in that country.

And yet, as a company, we must also continue to provide our other stakeholders (like the financial community) with up-to-date information on how we see our business in Libya. With the uncertainty there, the most prudent decision (at least for accounting purposes) is to take a “write-down” of the value of our Libya assets. Our second quarter report, released July 28, includes information about this write-down, which you may also have seen referenced in the media. 

Page 3 of the report says:

The company is not certain whether it will be able to resume operations in Libya pursuant to its EPSAs, which may be terminated under certain circumstances, including an event of force majeure extending beyond two years. Based on an assessment of expected future net cash flows over a range of possible outcomes, the company recorded impairment charges of $514 million in the second quarter of 2011. After these impairments, the carrying value of Suncor’s net assets in Libya at June 30, 2011 was approximately $400 million.

But calculations aside, as we said in our last post to this site, we’d appreciate you joining us by putting the Libyan people in your thoughts. 



Mise à jour au sujet de la Libye dans le rapport du 2e trim

La dernière fois où nous avons fait paraître un article sur ce site Web, nous voulions attirer votre attention sur de l’information concernant la Libye qui avait été publiée dans le rapport du 1er trimestre de Suncor. Aujourd’hui, nous avons un message similaire, car la Société vient de publier ses résultats pour le deuxième trimestre.

En partie pour des exigences de divulgation de l’information, les entreprises divisent souvent les années en trimestres. Chaque trimestre, une entreprise peut souligner certains jalons ou points saillants. 

Malheureusement pour le peuple libyen, il y a eu peu de jalons ou de points saillants positifs au cours des semaines et des mois récents, et la situation en Libye durant le deuxième trimestre de 2011 a été très similaire à ce qu’elle était à la fin du premier trimestre. 

Suncor joint sa voix à celles d’une multitude de pays et de personnes du monde entier qui avaient espéré qu’à l’heure actuelle, la situation serait réglée – pour le bien de nos employés libyens, de leurs familles et de toutes les personnes qui souffrent en raison de la tragédie qui se déroule dans ce pays.

Malgré tout, comme entreprise, nous devons aussi continuer à fournir aux parties intéressées (dont la communauté financière) de l’information à jour sur la manière dont nous entrevoyons nos activités en Libye. En raison de l’incertitude concernant ce pays, la décision la plus prudente (du moins sur le plan comptable) est de constaté la perte de valeur de nos actifs libyens. Notre rapport sur les résultats du deuxième trimestre publié le 28 juillet inclut de l’information sur cette perte à laquelle les médias ont pu faire référence. 

On peut lire à la page 3 du rapport :

La Société n'est pas certaine de pouvoir reprendre ses activités en Libye aux termes de ses CEPP, qui peuvent être résiliés dans certaines circonstances, dont les cas de force majeure se prolongeant au-delà de deux ans. En se fondant sur une évaluation des flux de trésorerie nets futurs attendus en fonction des issues possibles, la société a constaté des pertes de valeur de 514 M$ au deuxième trimestre de 2011. Au 30 juin 2011, à la suite de la constatation de ces pertes de valeur, la valeur comptable de l'actif net de Suncor en Libye s'élevait à environ 400 M$.

Toutefois, calculs mis à part, comme nous l’avons indiqué dans notre dernier article de ce site, nous apprécierions que vous vous joigniez à nous en ayant une pensée pour le peuple libyen. 

 

July 05, 2011

Alberta Sustainable Resource Development (SRD) downgrades fire risk

Due to lower fire activity and higher precipitation, Alberta Sustainable Resource Development (SRD) has downgraded the fire risk in the Fort McMurray/Wood Buffalo region to Moderate. In addition, they have listed all nine fires burning in the region as “under control” or “being held.”

Due to these downgrades, Suncor has adjusted its wildfire response. The safety of our employees and contractors remains our top priority as we continue to monitor the wildfire situation closely. We are prepared to activate our response plans should the situation change.

For the latest information on Alberta’s wildfires, visit Alberta Sustainable Resource Development’s wildfire website.

 

Alberta Sustainable Resource Development (SRD) réduit le risque de feu

En raison du nombre d’incendies moins élevé et des précipitations plus fortes, l’Alberta Sustainable Resource Development (SRD) a ramené à modéré le risque d’incendie dans la région de Fort McMurray/Wood Buffalo. En outre, les neuf incendies en cours dans la région ont été classés comme « maîtrisé » ou « contenu ».

Compte tenu de ce déclassement, Suncor a adapté son intervention dans la lutte aux feux de forêt. La sécurité de nos employés et des entrepreneurs demeurent notre priorité absolue et nous continuons à surveiller la situation de près. Nous sommes prêts à déployer nos plans d’intervention si la situation venait à changer.

Pour l’information la plus récente sur les feux de forêt en Alberta, veuillez consulter le site Web Alberta Sustainable Resource Development.

 

June 01, 2011

Suncor Energy continues to monitor wildfire situation

The health and safety of our employees and contractors remains our top priority as we continue to monitor our operations in northern Alberta. The wildfire situation is generally improving in the area and current threat of forest fires reaching our operations remains low. However, Suncor is continuing to monitor air quality at operating sites 24 hours a day, seven days a week due to smoky conditions in the region. At this time, all Suncor sites remain operational.

Suncor is also working with third-party accommodation providers to ensure that they are conducting their own air monitoring and have evacuation plans in place in the locations where employees and contractors are housed.

For more information on the status of wildfires in the region, visit: http://srd.alberta.ca /wildfire

For more information on regional air quality or health advisories, visit http://albertahealthservices.ca

 

Suncor Énergie continue de surveiller la situation des feux de forêt

La santé et la sécurité de nos employés et de nos entrepreneurs demeure notre priorité absolue alors que nous continuons à surveiller nos activités dans le nord de l’Alberta. La situation des feux de forêt dans la région environnante s’améliore et la possibilité actuelle qu'ils atteignent nos activités demeure faible. Toutefois, Suncor continue de contrôler la qualité de l’air à ses installations 24 heures par jour, sept jours sur sept en raison de la présence de fumée dans la région. Présentement, toutes les installations de Suncor demeurent en activité.

Suncor travaille de concert avec des fournisseurs tiers de logements afin de s’assurer qu’ils effectuent leur propre contrôle de la qualité de l’air et qu’ils disposent de plans d’évacuation aux emplacements où les employés et les entrepreneurs sont logés.

Pour obtenir plus de détails sur la situation des feux de forêt dans la région, visitez : http://srd.alberta.ca/wildfire

Pour obtenir plus d’informations sur la qualité de l’air dans la région ou des conseils en matière de santé, visitez : http://albertahealthservices.ca

May 26, 2011

Suncor Energy’s response to northern Alberta wildfires

Suncor is currently monitoring and responding to the forest fire situation in northern Alberta where a number of wildfires continue to burn. 

At this time, we are fortunate that these wildfires do not pose a threat to our oil sands or in situ operations in the Fort McMurray region and that our associates and staff in the Slave Lake and Red Earth regions were safely evacuated. The continued safety of our people and operating sites is our top priority. 

What are we doing in the Fort McMurray region?

Daily air quality monitoring is in place at various sites in the region. To date, the samples taken at our Oil Sands, Firebag, MacKay River and Suncor Business Centre sites remain below regulatory limits for both respirable particulates and carbon monoxide. 

Emergency response teams are activated. These teams are monitoring, coordinating and responding to the wildfires and smoke situation surrounding Suncor’s operations. Contingency plans are in place should the situation change. Suncor is providing assistance to the province and to our industry partners where appropriate. 

All accommodations and lodges used by Suncor are being closely monitored. Currently Suncor workers staying at Barge Landing and CreeBurn have been relocated as a precaution. 

Personal Protective Equipment available for workers. Suncor has made appropriate safety equipment available for employees across our sites.

 

What are we doing in the Slave Lake and Red Earth regions? 

Suncor has shut down and evacuated its retail and wholesale facilities where necessary. Some staff have remained in Slave Lake to work with the local emergency response effort. Suncor is working closely with the RCMP, which is leading the response in Slave Lake, to assist where needed.

 

Where can you get the latest information on the wildfires?

For more information on the wildfires in northern Alberta, visit the Sustainable Resources Development website at http://srd.alberta.ca/wildfire.

 

Les feux de forêt dans le nord de l’Alberta et l’intervention de Suncor Énergie

Suncor poursuit ses activités de surveillance et d’intervention dans le nord de l’Alberta où, à certains endroits, les feux de forêt continuent de faire rage. 

Pour le moment, les feux de forêt ne constituent pas une menace pour les activités reliées aux sables pétrolifères et in situ dans la région de Fort McMurray; nos associés et notre personnel des régions de Slave Lake et de Red Earth ont été évacués en toute sécurité. La sécurité de nos employés et de nos installations d’exploitation demeure notre priorité absolue.

Que faisons-nous dans la région de Fort McMurray?

La qualité de l’air est contrôlée chaque jour à divers endroits dans la région. À ce jour, les échantillons prélevés aux installations des Sables pétrolifères, à Firebag, à MacKay River et au Complexe administratif Suncor restent bien en-deçà des limites réglementaires relativement aux particules inhalables et au monoxyde de carbone. 

Les équipes d’intervention d’urgence sont déployées. Ces équipes maintiennent leurs activités de surveillance, de coordination et d’intervention en ce qui touche les feux de forêt et la fumée autour des installations de Suncor. Des plans d’urgence sont en place au cas où la situation changerait. Suncor offre son aide à la province et à ses partenaires de l’industrie lorsqu’elle le peut. 

Les installations d’hébergement et les campements utilisés par Suncor sont étroitement surveillés. Par mesure de précaution, les travailleurs de Suncor à Barge Landing et CreeBurn ont été relocalisés. 

De l’équipement de protection individuelle est mis à la disposition des travailleurs. Suncor a mis de l’équipement de protection approprié à la disposition des employés à toutes ses installations.

 

Que faisons-nous dans les régions de Slave Lake et de Red Earth?

Suncor a fermé et évacué ses établissements de ventes au détail et de ventes en gros lorsque la situation l’exigeait. Une partie du personnel est resté à Slave Lake pour participer à l’effort d’intervention d’urgence locale. Suncor travaille en étroite collaboration avec la GRC, qui dirige l’intervention à Slave Lake, afin d’offrir son aide si nécessaire.

 

Où pouvez-vous obtenir l’information la plus récente sur les feux de forêt?

Pour obtenir plus d’information sur la situation des feux de forêt dans le nord de l’Alberta, veuillez consulter le site Web Sustainable Resources Development (en anglais seulement) à http://srd.alberta.ca/wildfire.

May 13, 2011

Suncor discusses Libya in first quarter report

Update: French translation added at 11:36 a.m. EDT on May 13, 2011

Last week, Suncor released its first quarter report.

Quarterly reports, by their nature, are not necessarily designed to reflect the kind of concern with which Suncor is watching events unfold in Libya, or the kinds of conversations that are occurring in our offices about how we might be able to further assist our Libyan national employees.

But for those who continue to have questions about our status in Libya, the quarterly report does lay out a few facts quite clearly. Such as:

Page 3 describes our current position as not exploring or producing out of Libya, but doing what we can to help our people. For instance, the report says:

“…In response to the political situation in Libya, Suncor suspended exploration and production activities in the country indefinitely. Suncor continues to monitor the situation in Libya and to date has taken all reasonable steps to ensure the safety of its people and preserve the value of its assets and operations, and to maintain compliance with the company’s Principles for Responsible Investment and Operations, which define Suncor’s human rights values and policies in areas in which we operate…”

Similar content is found on pages 24-25 of the report, with additional information about sanctions compliance:

“In response to the political violence in Libya, the United Nations, the European Union and the Canadian and U.S. governments imposed sanctions on transactions with Libya and corporations controlled by the Libyan government, including the National Oil Corporation – Suncor’s joint venture partner – and Harouge Oil Operations BV – the joint venture operating company. Suncor is complying with the terms of all sanctions in jurisdictions relevant to the company’s operations.”

We do continue to monitor the situation very carefully, but are not in a position to provide much additional information at this time. Please join us by putting the Libyan people in your thoughts, as unrest continues in their country.

Suncor parle de la Libye dans son rapport du premier trimestre

Suncor a publié son rapport du premier trimestre la semaine dernière.

En règle générale, les rapports trimestriels ne sont pas conçus pour refléter les préoccupations de Suncor relativement aux événements qui se déroulent en Libye ou les conversations que nous avons dans nos bureaux quant à la façon dont nous pourrions aider davantage nos employés libyens.

Mais pour les personnes qui se questionnent encore sur notre situation en Libye, le rapport trimestriel est très clair sur certains faits, notamment :

À la page 3, nous décrivons notre position actuelle qui est de suspendre les activités d’exploration et de production en Libye et de faire notre possible pour aider les gens. Voici ce que dit le rapport :

« En ce qui concerne l’exploitation de pétrole classique à l’étranger, Suncor a suspendu indéfiniment ses activités d’exploration et de production en Libye, compte tenu de l’agitation politique qui secoue ce pays. Suncor continue de surveiller la situation en Libye et a pris à ce jour toutes les mesures raisonnables pour assurer la sécurité de son personnel et protéger la valeur de ses actifs et de ses activités et d’assurer la conformité aux principes relatifs aux investissements et aux activités responsables de la Société, qui définissent les valeurs et les politiques de Suncor en ce qui concerne les droits de l’homme dans les pays ou elle exerce ses activités. »

Aux pages 27 et 28 du rapport, nous donnons plus de détails sur le respect des sanctions :

« En réaction à la violence politique en Libye, les Nations Unies, l’Union Européenne et les gouvernements du Canada et des États-Unis ont imposé des sanctions visant les opérations conclues avec la Libye et les sociétés contrôlées par le gouvernement de ce pays, y compris National Oil Corporation – partenaire de coentreprise de Suncor – et Harouge Oil Operations BV – société qui exploite la coentreprise. Suncor se conforme aux dispositions de toutes les sanctions qui touchent des territoires où elle exerce des activités. »

Nous continuons à surveiller la situation de très près mais nous ne pouvons donner plus d’information pour le moment. Continuez, comme nous, à avoir une pensée pour les Libyens aux prises avec cette agitation politique dans leur pays.

March 16, 2011

Suncor supports humanitarian relief efforts

Update: French translation added at 2:16 p.m. EDT on March 16, 2011

In response to the growing need for humanitarian aid and relief in North Africa, including for refugees leaving Libya, Suncor and the Suncor Energy Foundation have announced we will match any Suncor employee, contractor, retiree and Petro-Canada retailer donation, up to a maximum of $1,000, in support of Red Cross/Red Crescent response efforts.

In addition to matching individual employees’ donations, the Suncor Energy Foundation will make its own donation to the Canadian Red Cross in support of humanitarian relief efforts in the Middle East and North Africa. While we know there is no band-aid solution to the complex issues in Libya, our donation is simply a small acknowledgment of the concern we feel toward people who have become refugees as a result of the ongoing unrest.

If you would like to join us in supporting this cause and are interested in learning more about what the Red Cross/Red Crescent are doing, please visit either of the links above.

We chose the International Red Cross and Red Crescent Movement for our donation because the organization is already on the ground providing medical assistance, supplies and equipment and relief items for refugees from countries like Libya. To learn more about the great work they are doing, click here to read a recent operations report (PDF, 6 pp., dated March 9).

 

Suncor contribue au secours humanitaire

Pour répondre au besoin croissant d’aide et de secours humanitaires en Afrique du Nord, incluant les réfugiés qui quittent la Libye, Suncor et la Fondation Suncor Énergie ont annoncé qu’elles verseront un montant équivalent à tout don des employés, entrepreneurs et retraités de Suncor, en plus des dons des détaillants de Petro-Canada, jusqu’à un maximum de 1 000 $, afin de soutenir les efforts de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

En plus de verser un montant équivalent aux dons des employés, la Fondation Suncor Énergie versera son propre don à la Croix-Rouge canadienne afin de soutenir les efforts de secours humanitaire au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Bien que nous sachions qu’il n’existe pas de solution temporaire aux problèmes complexes qui sévissent en Libye, nos dons agissent comme un simple acte de reconnaissance des préoccupations que nous avons pour tous ceux qui sont devenus réfugiés suite à l’agitation continue dans ce pays.

Si vous voulez vous joindre à nous pour soutenir cette cause et en savoir plus sur ce que font la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge, veuillez consulter l’un des liens ci-dessus.

Nous avons choisi de verser nos dons au Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge car cet organisme est déjà sur les lieux pour offrir des services médicaux, des fournitures, de l’équipement et des articles de secours aux réfugiés en provenance de pays comme la Libye. Pour en savoir plus sur l’excellent travail accompli par cet organisme, cliquez ici pour lire un récent rapport de ses activités (PDF, 6 p., en date du 9 mars et en anglais seulement). 


March 04, 2011

Update on response team activities

Update: French translation added at 3:44 p.m. EST on March 4, 2011

As mentioned in our February 25 and 27 updates, Suncor has been helping evacuate workers from non-Suncor operated oilfields in Libya, including fields operated by a joint venture company that we own a stake in. (To reiterate an earlier post, all Suncor expatriate staff had been evacuated by February 25.)

As of March 1, we had received – and acted on – information that enabled many evacuations from the various oilfields. To do that, our Malta and Calgary teams cooperated closely, and Suncor cooperated with the Canadian government, foreign governments/embassies (evacuees were from a variety of nationalities), and with other companies working in the area.

We don’t have any other information that would facilitate further evacuations, but we do have people on-call in both Malta and Calgary who are ready to respond in case any new information is received.

And we continue to work on other Libya-related priorities. For instance, we are maintaining our support for Suncor evacuees and their families, and for our Libyan employees.

Francois Langlois
Senior Vice President and Response Team Commander

 

Mise à jour sur les activités de l'équipe d'intervention

Comme le mentionnaient nos messages des 25 et 27 février, Suncor a participé à l’évacuation de travailleurs affectés à des champs pétroliers non exploités par Suncor en Libye, y compris des champs exploités par une coentreprise dans laquelle nous détenons des intérêts. (À titre de rappel, tous les employés expatriés de Suncor ont été évacués le 25 février.)

En date du 1er mars, nous avons obtenu des renseignements, et pris les mesures nécessaires, pour procéder à de nombreuses évacuations dans divers champs pétroliers. Pour ce faire, nos équipes de Malte et de Calgary ont collaboré étroitement et Suncor a coopéré avec le gouvernement canadien, des ambassades et gouvernements étrangers (les personnes évacuées provenaient de divers pays) et d’autres entreprises présentes dans la région.

Pour le moment, nous ne détenons aucun autre renseignement nous permettant de procéder à d’autres évacuations, mais des personnes sont actuellement disponibles sur appel, tant à Malte qu’à Calgary, prêtes à intervenir dès que de nouveaux renseignements seront communiqués.  

Entre-temps, nous nous occupons d’autres priorités reliées à la Libye. Par exemple, nous continuons d’apporter un soutien aux employés de Suncor qui ont été évacués et à leurs familles ainsi qu’à nos employés libyens.

François Langlois
Vice-président principal et commandant de l’équipe d’intervention

March 03, 2011

Suncor’s operations in Libya - brief backgrounder

Update: French translation added at 3:08 p.m. EST on March 3, 2011

Suncor’s Libyan assets were acquired in the company’s 2009 merger with Petro-Canada which, in turn, assumed interests in Libya through the acquisition of the German energy company, Veba Oil, in 2002. In 2007 and 2008, these interests were converted to “Exploration and Production Sharing Agreements” (or EPSAs).

Operations under the EPSAs include exploration in the Sirte basin operated by Suncor and the redevelopment of other existing Libyan oilfields, operated by a joint venture company in which Suncor is a partner. To date, Suncor has invested approximately $1.4 billion in its Libyan operations, including an initial US$500 million, representing 50% of the agreed price to buy into assets and development plans under the EPSAs.

Suncor’s working interest share of production from Libyan operations was 34,700 barrels per day in 2010, representing less than 6% of Suncor’s total production and approximately 2% of Libya’s national oil production.

Brève description des activités de Suncor en Libye

Suncor a acquis ses actifs en Libye lors de la fusion avec Petro-Canada en 2009, qui à son tour, avait obtenu des participations en Libye en faisant l’acquisition de la société énergétique allemande Veba Oil en 2002. En 2007 et 2008, ces participations ont été converties en « contrats d’exploration et de partage de la production » (ou CEPP).

Les activités convenues en vertu des CEPP comprennent l’exploration du bassin Syrte exploité par Suncor et la remise en valeur d’autres champs pétrolifères existants en Libye, exploités par une coentreprise dans laquelle Suncor est partenaire. À ce jour, Suncor a investi environ 1,4 milliard $ dans ses activités en Libye, incluant une somme initiale de 500 millions $ US qui représente 50 % du prix convenu d’investissement dans les actifs et les plans de développement en vertu des CEPP.

La quote-part de la participation directe de Suncor dans les activités en Libye était de 34 700 barils par jour en 2010, ce qui représente moins de 6 % de la production totale de Suncor et environ 2 % de la production pétrolière nationale en Libye.

February 28, 2011

Our understanding of sanctions against Libya

Update: French translation added at 1:25PM CST on Feb 28, 2011

We have begun to receive questions about how sanctions against Libya may affect Suncor’s business there.
 
Until we understand the details of the sanctions, planned or imposed by Canadian and other governments, there is little we can say.
 
We currently expect that the sanctions, as they have been reported in the media thus far, will not prevent us from maintaining our evacuation support efforts, and support for our Libyan employees.

--#--

Ce que nous savons des sanctions contre la Libye

Nous avons commencé à recevoir des questions à propos de la façon dont les sanctions contre la Libye pourraient toucher les activités de Suncor dans ce pays.

D’ici à ce que nous connaissions les détails des sanctions prévues ou imposées par le gouvernement canadien et les autres gouvernements, il y a peu de choses à dire. 

Nous nous attendons à ce que les sanctions, telles qu’elles ont été rapportées dans les médias jusqu’à maintenant, ne nous empêchent pas de poursuivre nos efforts d’évacuation ni de soutenir nos employés libyens. 

 

February 27, 2011

Update

Update: French translation added at 7:03PM CST on Feb 27, 2011

For security reasons, we have been unable to provide details of our evacuation process from Libya. And, because we continue supporting the evacuation of workers from non-Suncor operated oilfields, we still can’t provide much detail on current activities.

But looking back at the completed evacuation of Suncor expatriates, we are very pleased to see most of these people returning to their home countries (some staff remain in Malta to operate our response centre there). 

As Suncor expatriate staff have returned home and, after our last group of evacuees arrived in Malta on February 25, we continued to be in touch with our people. A number of employees and their families have thanked us for our efforts in supporting their safe exit. We certainly pass those thanks on to the 70 + members of our response team who have worked tirelessly in the past week.

We are seeing emails and calls coming in, thanking the individual people in Tripoli, Malta and Calgary who are making a difference. The gratitude shown, and the confidence our people had in us, continues to buoy the spirits of our team members who are still working on similar efforts for others. But we also recognize the troubling experiences that our people – and so many others – have faced over the last week or so. 

We know some of our evacuees faced traumatic conditions as we worked to remove them from the country. Fortunately, we were able to keep in some degree of contact so our emergency response team could continually update evacuation plans and make certain our evacuees’ safe exit from Libya. 

We were also able to keep families up to date – helping them understand our plans and the status of their loved ones. Support for our staff and their families continues, and we also continue our efforts to determine what support we might provide to employees who are Libyan nationals. 

Our thoughts and prayers go out to all affected by the current situation in Libya.

Francois Langlois
Senior Vice President and Response Team Commander

 

Mise à jour

Pour des raisons de sécurité, il nous a été impossible de vous donner des détails concernant notre procédure d’évacuation en Libye. De plus, étant donné que nous continuons à fournir un appui dans l’évacuation de travailleurs en poste à des champs pétroliers non exploités par Suncor, il nous est difficile de vous donner des renseignements détaillés relativement à nos activités courantes.

En ce qui touche l’évacuation des expatriés de Suncor qui est maintenant terminée, nous sommes très heureux de constater que la plupart d’entre eux rentrent graduellement dans leur pays d’origine (certains membres du personnel sont toujours à Malte pour s’occuper des activités de notre centre d’intervention à cet endroit). 

Le personnel expatrié de Suncor est rentré et, suite à l’arrivée de notre dernier groupe d’évacués à Malte le 25 février, nous restons en contact avec notre personnel. De nombreux employés et des membres de leurs familles nous ont remerciés des efforts que nous avons déployés pour que le personnel puisse quitte le pays en toute sécurité. Nous désirons absolument transmettre ces remerciements à notre équipe d’intervention qui compte de plus de 70 membres et a travaillé sans relâche au cours des dernières semaines.

Nous recevons des courriels et des appels de gens qui souhaitent transmettre leurs remerciements au personnel en place à Tripoli, Malte et Calgary qui a fait toute la différence. Le gratitude exprimée – et la confiance que notre personnel avait en nous – continue à soutenir l’esprit des membres de notre équipe qui poursuit ses efforts pour venir en aide à d’autres. Toutefois, nous reconnaissons aussi que notre personnel et de nombreuses personnes ont vécu des expériences bouleversantes lors des dernières semaines. 

Nous savons que certaines personnes évacuées ont fait face à des situations traumatisantes en quittant le pays. Heureusement, nous avons pu maintenir un certain contact, de sorte que notre équipe d’intervention d’urgence a été en mesure d’actualiser ses plans pour assurer l’évacuation en toute sécurité de notre personnel en Libye. 

Nous avons aussi maintenu les familles informées des événements, les aidant à comprendre nos plans et la situation de leurs êtres chers. Nous continuons à appuyer notre personnel et leurs familles, et nous poursuivons nos efforts pour déterminer quel soutien nous sommes en mesure d’offrir aux employés d’origine libyenne. 

Nos pensées et nos prières vont vers toutes les personnes touchées par la situation qui prévaut actuellement en Libye.

François Langlois
Vice-président principal et commandant de l’équipe d’intervention

February 25, 2011

Suncor Energy information on employees and contractors in Libya

As tensions heightened in the Middle East and North Africa in recent weeks, Suncor has been paying close attention to the situation. Building on the actions that had already been taken as part of the company’s contingency plans and protocols for a situation such as this one, Suncor formally activated its emergency response team on February 20. The response team, which includes senior management, safety and security experts, human resources and logistics staff, has undertaken several actions to support the safety of the company’s employees and contractors and others in the country.  

Suncor-operated field operations have been shut down since early in the week and most of our expatriate employees and contractors left Libya on February 21 and 22. 

After that time, a small number remained in-country -- those that needed to be moved from field operations to evacuation points, and the leadership and safety professionals who were managing the evacuation.  

As of February 25, all Suncor expatriate staff have left Libya, with the last group departing by sea to Malta mid-day local time.  

At this time, our response centres in Calgary and Malta are continuing to work with industry partners, service providers and the Canadian government to support plans to evacuate workers, including in non-Suncor operated oilfields in Libya. 

We are also working to provide appropriate support to employees who are Libyan nationals, and to provide support to individuals and families of employees and contractors who have been evacuated, some of whom are still in transit to their home destinations. 

Information on assistance for Canadians in Libya is available at the following Government of Canada link: http://www.voyage.gc.ca/crisis_crise-eng.asp?CID=53  

--#--

October 08, 2010

Mise à jour #6 - Suncor intervient lors d’un déversement aux installations portuaires de la raffinerie de Montréal

Ceci sera la dernière mise à jour au sujet du déversement de diesel dans le fleuve Saint-Laurent survenu près de la raffinerie de Suncor à Montréal le mardi 28 septembre 2010.

À ce moment-ci, en accord avec les exigences et la supervision de divers organismes de réglementation provinciaux et fédéraux, nous en sommes aux dernières étapes du nettoyage. Les barrages flottants, installés en aval de notre quai à titre de mesure préventive pour contenir le produit et favoriser le nettoyage de la rive, sont actuellement retirés du fleuve. Les barrages flottants adjacents au quai demeureront en place jusqu’à l’inspection finale que mèneront les organismes de réglementation la semaine prochaine.

Grâce aux mesures d’intervention et aux autres mesures subséquentes de réhabilitation, nous avons récupéré environ 30 des 35 barils de produit déversés dans le fleuve.

Plus tôt cette semaine, nous avons rencontré divers représentants officiels dont ceux des services d’incendie de Montréal, du ministère de l’Environnement du Québec, d’Environnement Canada et du port de Montréal afin de passer en revue les conclusions de notre enquête. Comme nous l’avons déjà mentionné, le déversement a été causé par le mauvais fonctionnement d’un clapet de retenue. Les réparations à l’équipement sont terminées et ont été examinées par les organismes de réglementation; nous sommes maintenant prêts à reprendre nos activités normales.

Nous, à Suncor Énergie, sommes profondément désolés que cet incident se soit produit et nous regrettons le fait qu’il n’ait pu être prévenu. Nous prenons ces incidents au sérieux. La protection de l’environnement et la réduction de l’impact de nos opérations dans les collectivités où nous exerçons nos activités est une valeur fondamentale de Suncor Énergie. Nous aimerions remercier tous ceux qui nous ont soutenus dans notre intervention, y compris les services d’incendie de Montréal, le service de l’environnement de la Ville de Montréal, le ministère de l’Environnement du Québec, Environnement Canada et la Société d'intervention Maritime, Est du Canada Ltée (SIMEC).

Le mardi 12 octobre 2010, ce site retrouvera son mode normal d’attente. Cependant, toutes les communications liées à cet incident seront archivées aux fins de références futures. Vous trouverez des renseignements sur les activités de Suncor à Montréal et ailleurs sur le site www.suncor.com.

Update #6 - Suncor responds to spill at Montreal refinery port facilities

This will be the final update regarding the spill of diesel to the St. Lawrence River that occurred near Suncor’s Montreal refinery on Tuesday September 28, 2010.

At this point, with the agreement and supervision of various provincial and federal regulatory bodies, we are in the final stages of our clean-up efforts. The booms that have been in place downstream of our dock as a preventative measure to stop the spread of material and to help with the riverbank cleanup are being removed from the river. The booms adjacent to the dock will be left in place until the final inspection with regulatory agencies next week.

Throughout our incident response and subsequent rehabilitation efforts, we have recovered approximately 30 of the 35 barrels of material that reached the river.

Earlier this week, we met with various officials including the Montreal Fire Department, the Quebec Ministry of the Environment, Environment Canada and the Port of Montreal to review the findings of our investigation. As previously stated, the root cause of this incident was the malfunction of a check valve. Repairs to this equipment have been completed and reviewed with the regulatory bodies, and we are now ready to return to normal operations.

We at Suncor Energy are deeply sorry that this incident occurred and regret it was not prevented. We take incidents like this seriously. Protecting the environment and minimizing the impact of our operations on those communities where we do business is a core value for Suncor Energy. We would like to thank all those agencies who have supported our response effort including the Montreal Fire Department, the City of Montreal Environment Department, the Quebec Ministry of the Environment, Environment Canada and the Eastern Canada Response Corporation (ECRC).

On Tuesday, October 12, 2010, this site will return to its normal standby status; however, all communications related to this incident will be archived within the site for future reference. Information about Suncor’s ongoing operations in Montreal and other locations will be available on our website at www.suncor.com.

October 04, 2010

Mise à jour #5 - Suncor intervient lors d’un déversement aux installations portuaires de la raffinerie de Montréal

Nous avons poursuivi nos travaux au cours de la fin de semaine et nous aimerions faire le point sur quelques éléments clés.

Enquête

Nous avons terminé notre enquête sur les causes du déversement au cours de la fin de semaine. Notre enquête portait sur les quatre conduites et l’équipement qui lient la raffinerie au quai.

Les premiers résultats indiquent que le déversement a été causé par le mauvais fonctionnement du clapet de retenue de l’une des quatre conduites provoquant ainsi le déversement dans le fleuve.

L’intégrité des conduites n’a jamais été compromise.

L’équipement et les pipelines situés dans le secteur où s’est produit l’incident ont été mis hors service et ne seront pas réutilisés avant que les travaux de réfection soient terminés et examinés par les organismes de réglementation compétents.

Travaux de nettoyage

Au cours de la fin de semaine, 40 travailleurs ont poursuivi les travaux de nettoyage à l’aide de 8 bateaux. Nous nous attendons à ce que le nettoyage soit terminé d’ici la fin de la présente semaine.

Suncor a estimé le volume de produit déversé dans le fleuve à 35 barils et, à l’heure actuelle, nous avons récupéré environ 30 barils à l’aide de camions sous vide.

Nous rencontrerons divers représentants officiels dont ceux du ministère de l’Environnement du Québec, d’Environnement Canada et des services d’incendie de Montréal afin de passer en revue notre plan d’action pour la semaine et d’assurer que tous y sont alignés.

Prochaines mises à jour

Nous continuerons de fournir des mises à jour sur ce site Web au besoin.

Update #5 - Suncor responds to spill at Montreal refinery port facilities

Our work has continued through the weekend and we would like to update a couple key areas:

Investigation:

We completed our investigation into the cause of the spill over the weekend. Our investigation focused on the four lines and equipment that link the refinery to the dock.

Our preliminary findings indicate the cause of the spill was a check valve on one of the four lines that malfunctioned causing the diesel to spill to the river.

The integrity of the lines themselves was not compromised.

The equipment and pipelines located in the area where the incident took place have been taken out of service and will not return to normal operations until our work to rectify this problem has been completed and reviewed with appropriate regulatory bodies.

Clean-Up Efforts:

Our clean-up efforts continue, with more than 40 workers on 8 boats over the weekend. Our expectation is that our clean-up will be complete by the end of this week.

The volume of material spilled to the river was estimated by Suncor at 35 barrels and at this point we have recovered approximately 30 barrels using vacuum trucks.

We will be meeting with various officials including, the Quebec Ministry of the Environment, Environment Canada and the Montreal fire department to review and ensure alignment on our workplan for this week.

Further Updates

We will continue to update this website as new information is available.

October 01, 2010

Mise à jour #4 - Suncor intervient lors d’un déversement aux installations portuaires de la raffinerie de Montréal

À l'heure actuelle, notre enquête sur la cause du déversement se poursuit sans interruption. Aujourd'hui, nous avons commencé l'excavation du sol contaminé et nous travaillons en collaboration avec les représentants d'Environnement Québec et d'Environnement Canada.

L'équipement et les conduites situés dans la zone où est survenu l'incident ont été mis hors service et le resteront jusqu'à ce que la cause fondamentale de cet incident soit connue et rectifiée.

Suncor estime à 35 barils le volume de produit déversé dans le fleuve et nous avons déjà récupéré approximativement 30 barils au moyen de camions sous vide.

Plusieurs survols du fleuve par hélicoptère initiés par Suncor et ayant à bord des représentants et d'Environnement Canada ont permis de conclure qu'il n'y avait pas eu d'impact sur la faune. C'est aussi un aspect que nous allons continuer à surveiller.

Hier, nous avons installé un plus grand nombre d'estacades en prévision de la pluie au cas où il y aurait entraînement d'hydrocarbure vers le fleuve. Les estacades vont rester en place jusqu'à ce que nos travaux de récupération et de remise en état des sols contaminés soient terminés.

Update #4 - Suncor responds to spill at Montreal refinery port facilities

At this time, our investigation into the cause of the spill continues and will continue without interruption. Today we have also started the excavation of contaminated soil, working in consultation with representatives of the Quebec Ministry of the Environment and Environment Canada.

The equipment and pipelines located in the area where the incident took place have been taken out of service and will not return to normal operations until the root cause of this incident is known and rectified.

The volume of material spilled to the river was estimated by Suncor at 35 barrels and at this point we have recovered approximately 30 barrels using vacuum trucks.

Several surveillance flights of the river using a helicopter, initiated by Suncor with representatives of Environment Canada on board have allowed us to conclude that there has not been an impact to wildlife. This is something that we will continue to monitor.

Yesterday, we installed additional floating booms as a preventative measure because of the rain, in case there were additional materials washed toward the river. The booms will remain in place until our recovery and remediation efforts are complete.

September 30, 2010

Mise à jour #3 - Suncor intervient lors d’un déversement aux installations portuaires de la raffinerie de Montréal

Message de Bruno Francoeur, vice-président, raffinerie Suncor de Montréal ...

Je désire faire un suivi concernant les efforts que nous avons déployés relativement à notre intervention suite à l’incident survenu mardi soir à nos installations portuaires.

Notre travail de nettoyage avance bien. Les travaux de nettoyage se sont prolongés durant la nuit pour récupérer du produit et sont essentiellement terminés. Nous maintenons nos efforts, mais à ce stade nous récupérons surtout de l’eau.

Ceci dit, nous poursuivons nos efforts jusqu’à ce que nous ayons l’assurance d’avoir récupéré la plus grande quantité de produit possible.

L’estacade restera en place sur l’eau et, en fait, en raison de la pluie qui tombe aujourd’hui, nous avons installé un plus grand nombre d’estacades par mesure de prévention au cas où cette pluie ferait en sorte qu’une quantité supplémentaire de produit s’écoulerait dans le fleuve.

Notre enquête sur la cause du déversement se poursuit. Lorsque nous aurons déterminé la cause fondamentale de l’incident, nous prendrons les mesures nécessaires pour empêcher la répétition d’un tel incident.

Après que les travaux de récupération et de nettoyage seront terminés, nous passerons à la phase suivante qui consistera à remettre en état de la zone touchée. Nous avons eu notre première rencontre avec des représentants d’Environnement Québec à ce sujet et nous continuerons à collaborer avec eux pour déterminer ce qui devra être fait.

Je désire remercier sincèrement les agences et les organisations qui nous ont prêté assistance au cours de l’intervention, notamment le service des incendies de Montréal, le ministère de l’Environnement du Québec, Environnement Canada et les municipalités environnantes.

Stay Up to Date